Parc du Centenaire de Vimy

Le Parc du centenaire de la Fondation Vimy dans le nord de la France ouvrira cette année, pour commémorer le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Aidez-nous à soutenir ce projet en achetant un chêne Vimy à planter dans votre communauté et en préservant l’héritage de Vimy pour les générations à venir.

Parc du centenaire de Vimy

Le pèlerinage de Vimy de 1936
16 juillet 2017

16 juillet 1936

Le 16 juillet 1936, 6 200 pèlerins ont quitté le port de Montréal pour prendre part au pèlerinage à Vimy, traversant l’Atlantique comme ils l’avaient fait seulement deux décennies auparavant. Le dévoilement du monument commémoratif du Canada à Vimy allait être un événement majeur, rempli de réjouissances et d’activités commémoratives solennelles. Nous avons largement couvert le pèlerinage de 1936 à Vimy dans nos publications sur les 100 jours de Vimy, jusqu’au 9 avril 2017. Toutefois, une histoire moins connue relative au pèlerinage de 1936 à Vimy est celle du navire à vapeur le Montrose du Canadien Pacifique, éponyme d’un navire de ligne d’avant-guerre qui a joué un rôle humanitaire essentiel au début de la guerre en 1914.

Ponts remplis du navire à vapeur du Canadien Pacifique, le Montrose, couvert de confettis pour son départ du port de Montréal pour le pèlerinage à Vimy en juillet 1936.
Crédit : Clifford M. Johnston/Bibliothèque et Archives Canada/PA-056950.

Lancé en 1897, le premier navire Montrose a servi de navire de ligne entre l’Angleterre et le Québec avant de devenir un transport de troupes à la guerre des Boers en Afrique du Sud de 1899-1902. En 1903, le Montrose a été acheté par la Canadian Pacific Steamship Company (CPS) et réutilisé pour les voyages transatlantiques. Durant cette « course à la mer » chaotique en 1914, le Montrose était captif à Anvers avec le navire CPS Montréal étant donné que l’armée allemande s’était emparée de la ville portuaire importante. Le Montréal était chargé de charbon, mais ses moteurs étaient inutilisables, tandis que le Montrose était vide, mais fonctionnel. Le capitaine H. G. Kendall, mieux connu comme étant commandant du  RMS Empress of Ireland, travaillait à Anvers dans un rôle de superviseur à l’époque, n’ayant pas été à la barre d’un navire depuis ce jour fatidique de l’Empres sur le fleuve Saint-Laurent. Le capitaine Kendall, constatant l’urgence de la situation, a fait transférer le charbon du Montréal au Montrose, le Montréal étant remorqué par le Montrose qui, lui, était en bon état de navigabilitéTravaillant en collaboration avec le consulat britannique, Kendall a rempli les deux navires de réfugiés belges et les a envoyés en Angleterre où ils seraient en sécurité.

Le Montrose a plus tard été vendu aux affaires maritimes et a été utilisé comme bateau d’embouteillage à Dover, où il s’est échappé et s’est ensuite échoué. En 1920, un deuxième navire Montrose a été construit et lancé par le CPS, servant pendant de nombreuses années de navire de ligne, y compris en tant que l’un des navires estimés du pèlerinage de 1936 à Vimy. Comme son prédécesseur du même nom, le deuxième Montrose a servi en temps de crise également, ayant été demandé par les affaires maritimes en 1939 et adapté pour servir de HMS Forfar, un croiseur marchand armé de la Marine royale. Le 2 décembre 1940, le HMS Forfar a été torpillé par un sous-marin allemand au large de la côte irlandaise alors qu’il se joignait à un convoi transatlantique. Cent soixante-douze membres d’équipage ont péri dans le naufrage du HMS Forfar, un triste dernier chapitre de la saga du Montrose.

Dans cet enregistrement par le projet mémoire de Historica Canada – Le Projet Mémoire, le survivant de HMS Forfar (CPS SS Montrose), John Grant, raconte ses expériences sur ce jour fatidique en 1940 – http://www.thememoryproject.com/stories/1515:john-grant/