Épitaphes de la Première Guerre Mondiale
Partie II

« I genitori inconsolabili villa S-Lucia, Caserta »
(Les parents inconsolable villa s-Lucia, caserte)

Épitaphe du sapeur Glorio Mita, numéro de service 2497765, 9e Bataillon, Troupes ferroviaires canadiennes, 19 octobre 1917 (âgé de 20 ans).

Glorio Mita s’est enrôlé en juillet 1917 comme renforcement lors d’un projet de construction ferroviaire et de foresterie. Le 3 octobre 1917, il s’est joint au 9e Bataillon, Troupes ferroviaires canadiennes, en France. 16 jours plus tard seulement, il est décédé des suites de blessures sévères, ayant reçu des éclats d’obus à la tête et à l’épaule droite, et souffrant d’une fracture ouverte au fémur. Jeune célibataire ayant immigré d’Italie, Glorio travaillait comme ouvrier à Toronto avant de s’enrôler, faisant son testament au nom de ses parents vivant toujours à Santa Lucia, à Caserta, Italie.

Le sapeur Glorio Mita est enterré au cimetière militaire Lijssenthoek, en Belgique.

Épitaphes de la Première Guerre Mondiale
Partie I

Pour nos prochaines postes les mercredis, nous partageons des épitaphes des pierres tombales de la Première Guerre Mondiale. Beaucoup d’entre eux viennent du nouveau livre « Canada’s Dream Shall Be of Them »

« Spirit in heaven, body in France, memory in Canada. »
Soldat Earl Orington MacKinnon, 10e (Canadiens) Bataillon, 9 avril 1917 – St. Catherine British Cemetery, Pas de Calais, France.

Credit: McGeer, Canada’s Dream Shall Be of Them, p. 26.

Earl MacKinnon était avec le 10e bataillon (Canadiens) seulement 16 jours avant qu’il soit tué au combat à la crête de Vimy le 9 avril 1917.
Crédit : Canada. Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/Dossiers du Personnel de la Première Guerre mondiale – CEC 531398a, Référence : RG 150, versement 1992-93/166, boîte 7001 – 20, Numéro d’item : 166537, Groupe d’archives : Corps expéditionnaire canadien (CEC)
Voir la rangée 1202/1D.
Crédit: Commonwealth War Graves Commission, 2017.