Sergent Frederick Hobson, VC  & Major Okill Massey Learmonth, VC, MC 
Une action centenaire

Sergent Frederick Hobson, VC

Le Sergent Frederick Hobson, VC.
Crédit: Canada. Ministère de la Défense nationale, 2017.

Le 15 août 1917, à l’âge de 41 ans, le sergent Frederick Hobson, de Galt/Cambridge, en Ontario, a participé à l’attaque de la côte 70 aux côtés des hommes de la compagnie « A  » du 20e Bataillon (centre de l’Ontario). Dégageant une section des tranchées ennemies connue sous le nom de Nabob Alley, le sergent Hobson et ses hommes ont établi une position de blocage pour les inévitables contre-attaques. Pendant les trois jours suivants, le poste a tenu bon, jusqu’au moment ou un lourd bombardement au petit matin, le 18 août, a éradiqué le quartier général du 20Bataillon ainsi que tous les fusils Lewis, à l’exception de l’un d’entre eux, dans les positions avancées. Alors que l’unique fusil Lewis a commencé à tirer, un obus allemand l’a frappé, enterrant le fusil et le seul survivant de l’équipage dans la boue et les débris. Comprenant ce qui se passait, Hobson s’est élancé pour déterrer l’homme.

« Nous nous en sommes tirés de justesse », a dit le survivant, le soldat A.G. Fuller.  « Oui j’imagine: déterrons le fusil » a répliqué Hobson. (Bureau canadien des registres de guerre, Thirty Canadian V.Cs., p. 52) Alors qu’ils ont commencé à creuser, l’ennemi s’est mis à tirer sur eux et à avancer au travers de la terre abandonnée.

« Une balle a frappé Hobson, mais il n’a pas porté attention à sa blessure. Ensemble, lui et Fuller ont remis le fusil en position et se sont mis à tirer sur les Allemands, qui déferlaient en masses dans la tranchée. Ils réussissaient à bien repousser l’ennemi lorsque le fusil a bloqué. Hobson a alors pris son arme. “Je vais les retenir”, a-t-il dit à Fuller, “si tu répares le fusil!” » (Bureau canadien des registres de guerre, Thirty Canadian V.Cs., p. 52)  

Déjà blessé, le sergent Hobson a chargé contre le groupe qui pénétrait la tranchée, les repoussant avec son arme, une massue et une baïonnette. Au cœur de la mêlée, un simple coup de fusil a atteint le sergent Hobson, le tuant tout juste comme le soldat Fuller était parvenu à réanimer le fusil Lewis, mettant fin à la menace ennemie. Du renfort est arrivé quelques minutes plus tard. Le sergent Frederick Hobson a reçu la Croix de Victoria à titre posthume. Son corps a été perdu dans le combat qui s’en est suivi, et il est donc commémoré au Mémorial national du Canada à Vimy. 

Page 1 - La citation officielle de la médaille pour le sergent Frederick Hobson, VC (bas de la colonne de droite). 
Crédit: The London Gazette, date de publication: 16 octobre 1917, supplément: 30338, page: 10677.
Page 2 – La citation officielle de la médaille pour le sergent Frederick Hobson, VC (haut de la colonne de gauche). 
Crédit: The London Gazette, date de publication: 16 octobre 1917, supplément: 30338, page: 10678.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le MajorOkillMasseyLearmonth, VC, MC 

« Le major O.M. Learmonth, M.C., D.S.O. (tué) » (Droite) 
Crédit: Canada. Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-007451.

Ayant déjà reçu la Croix militaire pour ses actions précédentes en 1917, le major Okill Massey Learmonth, de la ville de Québec, a participé à l’attaque sur la côte 70 avec le 2e Bataillon (Régiment de l’est de l’Ontario). Le 18 août, ayant tenu sa ligne pendant trois jours,  le 2e Bataillon n’avait plus en ses rangs que 614 hommes lorsque l’ennemi a laissé déferler sur eux un terrifiant bombardement dans les petites heures du matin. Attaquant avec des lance-flammes, l’ennemi a été capable de pénétrer les tranchées du 2e Bataillon avant qu’une mission de bombardement ne puisse les en déloger.

Les attaques ont continué toute la matinée, avec Learmonth chargeant personnellement sur une force ennemie qui menaçait toute sa compagnie, attrapant et relançant les grenades ennemies et criant des encouragements depuis le parapet. Blessé deux fois, il a « continué comme s’il était parfaitement en santé et sans une égratignure » (Bureau canadien des registres de guerre, Thirty Canadian V.Cs., p.57). Une troisième blessure a cassé la jambe de Learmonth mais n’a pas réussi à briser son esprit. « Gisant dans la tranchée, il a continué à diriger ses hommes, à les encourager, à les applaudir, à les conseiller » (Bureau canadien des registres de guerre, Thirty Canadian V.Cs., p.57). Alors que les attaques ennemies se sont tranquillement dissoutes, Learmonth a finalement été installé sur une civière et emporté, transmettant d’importants détails à ses officiers juniors en chemin. Il allait mourir le même jour de ses blessures, à l’hôpital.   

Le major Okill Massey Learmonth, VC, MC a reçu la Croix de Victoria à titre posthume et à plus tard été enterré au cimetière communal de Nouex-les-Mines. Il avait 23 ans.

La citation officielle pour la médaille du major Okill Massey Learmonth, VC (colonne de gauche). 
The London Gazette, date de publication:  6 novembre  1917,  supplément: 30372, page: 1567.