Résultats du sondage – novembre 2017

Un sondage sur la semaine du Souvenir conclut que les gens sont plus conscients de la crête de Vimy, mais moins de Passchendaele.

Trois Canadiens sur quatre (76 %) favorisent un budget accru pour l’entretien des sépultures des soldats au Canada.

Le 8 novembre — Toronto (Ont.) — L’année 2017 marque le centenaire de deux importantes batailles de la Première Guerre mondiale auxquelles des troupes canadiennes ont participé. Un nouveau sondage Ipsos réalisé pour la Fondation Vimy révèle que la moitié des Canadiens (49 %) savent que l’une de ces batailles est celle pour la crête de Vimy, mais que seulement un sur quatre (25 %) peut identifier Passchendaele comme l’autre bataille dont on célèbre le 100e anniversaire cette année.

Le sondage a également permis de constater que la connaissance du Mémorial national du Canada à Vimy en France s’est renforcée, grâce à l’attention accrue que suscite le centenaire de cette bataille. Deux Canadiens sur dix (18 %) peuvent correctement identifier le monument à partir d’une photographie, sans indice écrit, un progrès de six points par rapport à 2016.

Faible connaissance de la bataille de Passchendaele

Par contre, la bataille de Passchendaele est moins connue. À partir d’une liste de batailles dans différentes guerres, seulement un Canadien sur trois (35 %) a pu affirmer que la bataille de Passchendaele appartenait à la Première Guerre mondiale.

La connaissance de Passchendaele varie considérablement selon l’âge, les milléniaux (27 %) étant beaucoup moins susceptibles de l’associer à la Première Guerre mondiale que les moins jeunes de la génération X (32 %) ou du baby-boom (44 %). La même tendance se manifeste dans la sensibilisation au centenaire de Vimy (36 % de milléniaux, comparativement à 46 % pour la génération X et 60 % pour celle du baby-boom) et dans la reconnaissance du Mémorial national du Canada à Vimy (16 % des milléniaux par rapport à 18 % de la génération X et 21 % des baby-boomers), tendance qui témoigne de moindres niveaux de connaissance et de sensibilisation à l’égard de ces batailles historiques chez les jeunes adultes.

Forte mobilisation des milléniaux malgré un faible niveau de connaissance

Les milléniaux représentent la tranche démographique la plus susceptible d’appuyer l’érection d’un monument commémoratif de Vimy à Toronto. Huit sur dix (83 %) se disent d’accord avec l’idée (33 % très/50 % plutôt), de même que 83 % des membres de la génération X, alors que cet appui tombe à 72 % chez la génération du baby-boom. Les milléniaux sont également aussi enclins que des Canadiens plus âgés à déclarer qu’ils aimeraient un jour visiter le Mémorial national du Canada à Vimy, soit deux sur trois (66 %) qui sont d’accord avec cette déclaration (24 % très/42 % plutôt), rejoignant la génération X (67 %) et les baby-boomers (68 %).

Solide appui à un meilleur entretien des monuments commémoratifs et des sépultures de militaires

Des vérificateurs du gouvernement du Canada ont relevé que plus de 45 000 stèles funéraires ont besoin d’entretien. Avant 2003, le gouvernement fédéral affectait 5 millions de dollars par année au soin de ces stèles. Depuis, ce budget a été réduit à 1,2 million de dollars, qui demeure son niveau actuel.

La plupart des Canadiens (76 %) appuient (31 % fortement/45 % plutôt) un budget accru pour l’entretien de ces sites, avec une majorité dans chaque tranche démographique sondée.

Beaucoup perçoivent également un besoin de restaurer des monuments aux morts à l’échelle communautaire; la moitié des Canadiens (48 %) sont d’accord (10 % très/38 % plutôt) pour affirmer que le cénotaphe ou monument aux morts de leur communauté a besoin de travaux de réparation ou de restauration. Il s’agit d’une hausse de 8 points depuis 2015.

Résultats complets du sondage ici (seulement disponsible en anglais).