Monchy-le-Preux

le 14 avril 1917

Ce qui restait du village de Monchy-le-Preux en avril-mai 1919. Crédit: Ministre de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada /PA-004367.

Le 14 avril 2017, deux jours après que le Corps expéditionnaire canadien eut pris la Crête de Vimy l’une attaque fut lancée par le Régiment de Terre-Neuve et le bataillon du 1er Régiment d’Essex depuis le village de Monchy-le-Preux avec pour objectif de s’emparer de Infantry Hill, Bois du Vert et un regroupement d’arbres connu sous le nom de Machine Gun Woods.

Étant un dominion séparé de l’Empire britannique, la contribution militaire de Terre-Neuve était indépendante de celui des forces canadiennes. C’est ainsi que les hommes connus sous le nom de Blue Puttees ont rejoint le front après une période assez longue de récupération et de rééquipement suite aux pertes sévères subies à Beaumont-Hamel le 1 juillet 1916 et lors de la campagne de la Somme.

Attaquant depuis le village de Monchy-le-Preux vers l’est d’Arras à 5h30, les hommes se lancèrent rapidement à l’assaut. Mais faute d’un bon plan de bataille et sous le barrage d’artillerie ennemi, les assaillants son stoppés et sont à 9h entourés des trois côtés par les contre-attaques allemands.

Peu après, le Lieutenant-Colonel James Forbes-Robertson s’est rendu compte que la seule chose qui restait entre les contre-attaques allemandes et les lignes canadiennes à Arras de celui-ci était son bataillon. Rassemblant les hommes disponibles, et ramassant les munitions et armes qu’ils trouvaient parmi les morts sur le chemin, Lt. Col. Forbes-Robertson a mené sa petite force de pas plus de 20 hommes à travers les rues désertes de Monchy, vers le champ de bataille. Aux limites de la ville ils ont couru en vitesse les 90 mètres de terrain à découvert, essayant d’éviter les tirs des mitrailleuses, des fusils et d’artilleries pour trouver un petit talus couvert de haies, haie ils n’étaient plus que 10 hommes.

Les neuf hommes du Régiment de Terre-Neuve qui ont défendu le Monchy-le-Preux. Le dixième homme, du 1e Régiment d’Essex n’est pas dans la photo. Crédit: © IWM (Q 5348). http://www.iwm.org.uk/collections/item/object/205237489

Le talus offrait peu de sécurité, mais il suffisait pour que les dix hommes armés que de fusils, réussissent à résister aux Allemands qui approchaient pendant plus de 11 heures. Ils alternaient entre tires en rafales et tirs embusqués. Courant le long du talus et en tirant depuis plusieurs endroits, ils ont pu tromper les Allemands, qui pensaient affronter une force beaucoup plus nombreuse, et ne pouvaient pas déterminer leur emplacement précis. En arrêtant les sentinelles allemandes, les Canadiens ont empêché les Allemands de découvrir leur nombre réel. Lors d’une pause dans les tirs d’obus, Soldat Rose s’est échappé pour alerter le quartier général de la brigade de la menace qui pesait à Monchy-le-Preux. Refusant d’obéir aux ordres, le soldat Rose est retourné rejoindre les soldats de Terre-Neuve et à guidé les premiers renforts. Enfin, à 22h la petite bande de Lt. Col. Forbes-Robertson étaient relevés de leur poste. Ce fut une autre journée noire dans l’histoire du Régiment de Terre-Neuve.

Lors de l’attaque initiale, les pertes étaient de 460 soldats : 166 morts dans la bataille, 141 blésés et 153 prisonniers de guerre. Parmi les morts était Lt. Robert Holloway (voir son histoire publié le 15 mars 2017 dans nos histoires des 100 jours de Vimy, http://www.fondationvimy.ca/100joursdevimy-15-mars-2017/ ). Lt. Holloway est mort suite aux tirs d’artillerie allemands près de Bois du Vert. Il portait un message au quartier général du bataillon. Par un cruel caprice du destin, les obus de l’artillerie britannique appelée pour protéger les hommes sur le talus sont tombés sur les champs à l’est du village, tuant plusieurs hommes du régiment de Terre-Neuve blésées depuis l’attaque du matin. Après l’attaque, les dix hommes qui ont défendu Monchy-le-Preux furnent décorés pour leur acte de bravoure.

 

Lt.-Col. James Forbes-Robertson, Commandant – L’ordre du Service distingué
Lieut. Kevin J. Keegan, Officier des transmissions – Croix militaire
Sgt. J. Ross Waterfield, Sergent Provost – Médaille militaire
Cpl. John Hillier, Carporal La salle des rapports du bataillon – Médaille militaire
Cpl. Charles Parsons, Caporal de transmissions – Médaille militaire
Lance-Cpl. Walter Pitcher, Provost Carporal – Médaille militaire
Pte. Frederick Curran, Signaleur – Médaille militaire
Pte. Japheth Hounsell, Signaleur – Médaille militaire
Pte. Albert S. Rose, Estafettes de bataillon – Médaille militaire
Pte. V. M. Parsons, 1ère Bataillon, Régiment d’Essex– Médaille militaire

Épilogue

Le Mémorial Terre-Neuve de Monchy-le-Preux en 1919. Construit sur le point fort allemand, le caribou fait face à l’est et d’Infantry Hill. Crédit: © Artist’s Estate (IWM Q 49547). http://www.iwm.org.uk/collections/item/object/205283386

En détaillant l’attaque, les experts en planification ont pris la décision d’étendre plus loin, l’éperon créé dans les lignes allemandes, ce qui ne faisait qu’augmenter les chances d’être entourés par les allemands. Or, un manque (pénurie) d’obus faisait que les tirs d’appui étaient insuffisants. Les experts en planification avaient aussi oublié d’envoyé une force occupante à Monchy-le-Preux, exposant le village à des contre-attaques. Si le village avait été reprise par les Allemands, ils auraient eu une position élevée privilégié situé à quelques kilomètres d’Arras, ce qui rend la défense des “10 de Monchy” d’autant plus importante. Pour plus de détail sur la défense de Monchy-le-Preux par le régiment de Terre-Neuve, nous suggérons la lecture de « The Greatest Gallantry » d’Anthony McAllister, CD.