La Réflexion de Coralie Bureau

Récipiendaire du prix de pèlerinage Vimy 2020, Coralie Bureau, de Victoriaville, QC, a écrit la réflexion suivante après avoir effectué une recherche au sujet d’Eugène Auger décédé pendant la Première Guerre mondiale au service de l’armé canadienne.

Au début de la Première Guerre mondiale, les combattants canadiens qui portent leur aide à l’Europe le font sur une base volontaire. Cependant, le manque de soldats à envoyer au front contribue à augmenter les diverses techniques pour promouvoir l’enrôlement. Par exemple, des recruteurs sont envoyés dès 1915 à Victoriaville, ma ville natale, pour solliciter des hommes et les pousser à l’enrôlement. Toutefois, ces hommes n’agissent pas toujours éthiquement. Ceux-ci sont payés à « la pièce », c’est pourquoi certains de ces hommes n’hésitent pas à boire avec des jeunes hommes et à leur payer des consommations. Lorsque ces jeunes hommes sont ivres, les recruteurs leur font signer les documents d’engagement militaire. Une fois ces documents signés, ils ne peuvent plus revenir en arrière. 

D’ailleurs, Eugène Auger, un homme natif de Victoriaville, s’enrôle dans l’armée cette même année alors que la conscription n’a pas encore été votée. Selon moi, c’est peut-être la présence de ces recruteurs qui a poussé Eugène Auger à s’enrôler dans l’armée. La démarche a peut-être été faite éthiquement ou peut-être pas, mais cet homme a quand même servi au front. 

Je crois que la propagande de l’époque afin de promouvoir l’effort de guerre a aussi pu influencé la décision d’Eugène Auger. En effet, les éditoriaux quotidiens, les discours politiques et les affiches exerçaient une grande pression sur les hommes. Ils étaient très convoités pour servir dans les forces armées. Certaines de ces propagandes désiraient pousser les hommes à s’enrôler et le faisaient en remettant en question leur virilité. Eugène Auger avait 21 ans lorsqu’il a rejoint l’effort de guerre donc je crois que le fait de remettre en question sa virilité a pu le pousser à s’enrôler. 

Bref, je crois qu’Eugène Auger était un jeune homme très courageux, car peu importe les conditions qui l’ont menées à s’engager dans l’armée canadienne, il a combattu au front et a servi son pays de la plus honorable des façons. De plus, sa vie 100 ans plus tard signifie pour moi un exemple de bravoure et de fiabilité. Eugène Auger s’est enrôlé pour combattre au front et il l’a fait. Il a respecté son engagement malgré la peur au ventre qu’il ressentait probablement lors de cette guerre. Je le sais, car selon mes recherches, il est décédé au front en pleine bataille, deux ans après son enrôlement. 

Dorénavant, dès que je passerais devant le cénotaphe de Victoriaville où Eugène Auger est commémoré, je penserais à cet homme et au courage dont il a fait preuve. En mon nom et en celui de la ville de Victoriaville au grand complet, je tiens à le remercier très sincèrement pour sa bravoure.