Deuxième bataille d’Arras
Une action centenaire

Deuxième bataille d’Arras du 26 au 30 août 1918

Le Corps canadien vient juste de vaincre à Amiens le 14 août lorsqu’il est envoyé aux alentours d’Arras pour participer aux actions visant à percer les systèmes de tranchées allemands. Ayant perdu quelque 12 000 soldats, qui doivent être remplacés par de nouvelles troupes, le Corps canadien ressent encore les conséquences de son entrée initiale dans l’offensive des Alliés du mois d’août, mais il n’a pas le choix. Currie doit préparer ses hommes pour un nouvel assaut.

L’artillerie lourde du Corps canadien en action L’avance à l’est d’Arras. Septembre 1918. Canada. Ministère de la défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-003133.

Contrairement à Amiens, le Corps canadien ne peut profiter de l’effet de surprise et, avec moins d’une semaine pour planifier, le combat qui devra compter sur l’artillerie lourde, la maîtrise de l’infanterie et le courage des soldats sera difficile. Encore une fois, le travail de contre-batterie jouera un rôle très important dans le succès de la bataille, et les artilleurs canadiens s’efforceront de mettre hors d’usage la plus grande partie possible de l’artillerie allemande avant le jour de la bataille.

Currie compense le manque d’effet de surprise par la planification d’une bataille nocturne, lancée dans l’obscurité le 26 août à 3 heures du matin sous la pluie. Le Corps canadien s’avance vers les détachements de mitrailleuses allemands, qu’il doit mettre hors de combat chacun à leur tour pour assurer la progression du Corps vers l’avant. À la fin de la journée, le Corps canadien a progressé de 5 km et repris Monchy-le-Preux, mais il lui reste d’autres combats à mener. Les petites attaques qui conduisent le Corps canadien vers la redoutable ligne Drocourt-Quéant lui coûtent au moins 6 000 hommes et épuisent ses précieuses ressources humaines – des soldats expérimentés que Currie ne pouvait pas se permettre de perdre. Les pertes allemandes sont estimées à au moins 3 000 prisonniers et à un nombre inconnu de morts et de blessés.

Des canons capturés par des Canadiens sur le front d’Arras. L’avance à l’est d’Arras. Septembre 1918. Canada. Ministère de la défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-003219.

Progrès technologiques

Arras a offert une autre occasion au Corps canadien d’utiliser les techniques qu’il avait mis au point pendant la dernière année. Currie s’est servi de la Royal Air Force et de ses unités de contre-batterie pour dévaster les armes de l’ennemi avant le jour de la bataille, et les divisions d’infanterie ont pu avancer rapidement et librement derrière un barrage roulant. La bataille d’Arras a également commencé par une attaque de nuit, tactique déjà utilisée par Currie lorsqu’il ne pouvait pas profiter de l’effet de surprise, et qu’il utiliserait de nouveau au cours des semaines suivantes.

Comme à Amiens, les opérations canadiennes de la deuxième bataille d’Arras ont été planifiées rapidement; l’organisation de la bataille de Vimy l’année précédente avait pris plus d’un mois, pour une bataille typique de cent jours, Currie disposait habituellement de moins d’une semaine, et à mesure que le Corps canadien progressait en territoire allemand, ce temps se raccourcissait.

Personnalités

Lt Charles Smith Rutherford, du 5Bataillon canadien de fusiliers à cheval, a été décoré de la Croix de Victoria le 26 août 1918 pour son attaque de deux casemates et la capture de près d’une centaine de prisonniers. Charles Smith Rutherford a survécu à la guerre et est devenu sergent d’armes de l’Assemblée législative de l’Ontario. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à son dossier de service de Bibliothèque et Archives Canada.

RUTHERFORD, CHARLES SMITH

Sdt Howard Douglas Graham n’avait que 20 ans lorsqu’il a combattu avec le 21Bataillon à Arras dans la section du renseignement. Howard Douglas Graham a survécu à la guerre et, 21 ans plus tard, en qualité de lieutenant général de l’armée canadienne, est retourné en Europe combattre pendant la Seconde Guerre mondiale. Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder à son dossier de service de Bibliothèque et Archives Canada.

GRAHAM, HOWARD D