Blog Prix Vimy Beaverbrook – 8 août 2019

Beaverbrook Vimy Prize Recipients outside Peace Village, Messines

 

Nos récipiendaires PVB 2019 sont arrivés à Bruxelles. Ils ont voyagé directement à Messine sur le Salient d’Ypres. Après s’être installé, les étudiants ont été initié au programme et ont participé à des activités de brise-glace. Aujourd’hui, ils ont blogué sur ce à quoi ils ont le plus hâte durant le programme. (À noter : les particants blogueront dans leur langue de préférence.)

 

J’ai particulièrement hâte d’entendre des témoignages et des conférences d’experts, nous sommes choyés d’y avoir accès, car ils nous donnent une perspective très personnelle sur les conflits.

-Andelina Habel-Thurton

 

I am most excited to visit the Canadian National Vimy Memorial, due partly to its symbolic and historical significance, as well as because it is where the soldier I have been researching over the past few months is commemorated there. I am incredibly grateful to have the opportunity to participate in the Beaverbrook Vimy Program, and I am looking forwards to the journey ahead!

-Rose He

 

I am particularly excited to see the Vimy Memorial after all the stories I have heard from people about the emotional impact it had on them. I am also looking forward to seeing the Ring of Remembrance, for its architecture. 

-Nimra Hooda

 

I am most excited to visit the grave of my great grand uncle at Tyne Cot Memorial. I think it will be an amazing experience to be able to stand by his grave and to tell his story.

-Maya Burgess

 

During this program, I am most looking forward to visiting Second World War sites, especially the Juno Centre and Juno Beach due to my decade-long interest in the Second World War, and to visit a plaque dedicated to my jazz band at the Juno Beach.

-Philipp R.W Darley

 

J’ai très hâte de voir le Château de Versailles. Être à l’endroit où ils ont déclaré la fin d’une des guerres les plus sanglantes de l’histoire mondiale, et où la paix a été déclarée sera une expérience très marquante pour moi.

-Andréa Jackson

 

I am looking forward to the Dieppe candlelight ceremony because I find an immersive experience is so effective in commemorating tragically lost lives in a way that remembers the beauty of their lives and humanity.

-Lily Maguire

 

I’m ecstatic to have the chance to visit the infamous beaches of Normandy. Experiencing where those soldiers walked will be so moving.

-Jack Roy

 

Je suis très excitée à l’idée de visiter tous les musées, monuments et cimetières prévus lors du PVB. L’Anneau de la Mémoire m’intéresse particulièrement pour sa signification. En effet, à travers ce monument commémoratif circulaire se cache un puissant message unificateur.

-Florence Trigaux

 

I am the most excited to get to see Vimy Ridge because of it’s cultural significance to Canada.

-Noah Korver

 

Though I am incredibly excited for every aspect of the program, what I am most looking forward is to visit Beaumont Hamel so that I can gain a new sense of respect for the history of my province.

-Evan Di Cesare

 

I am most excited to have the opportunity to commemorate my chosen soldier, as it is very important to the family. I feel honored.

– Meaghan Bulger

 

I am excited to visit the Versailles palace because of the history and architecture portrayed by the palace.

-Nathan Yee

 

I am most looking forward to Versailles, for it is said to be gorgeous, and the Courcelette Memorial, because that is the battle in which the soldier I researched died. I feel it will be very moving to stand where someone my age died just over one hundred years ago.

-Sophie Long

 

Je suis impatient de créer des liens forts et durables avec tous les autres lauréats du programme tout en participant à une expérience unique relative à l’histoire.

-Isaac St-Jean

 

Visiter le centre Juno Beach et les champs de bataille m’enchante tout particulièrement car je pense que la visite de celui-ci me permettra d’en apprendre plus sur le rôle et l’histoire du Canada lors de la Seconde Guerre mondiale et les champs de bataille font ressentir de réelles émotions qui, même après une centaine d’années, rendent compte de la gravité de la guerre.

-Alliya Arifa

 

Blog Prix Vimy Beaverbrook – 21 août 2018

Aujourd’hui, nos récipiendaires du PVB 2018 ont participé à une discussion sur la plage de juno à propos des journaux de guerre pendant les débarquements du jour J. En suite, ils ont visité le cimetière Beny-sur-mer où les étudiants ont recherché et identifié les soldats canadiens qui ont été exécuté à Abbaye d’Ardenne. L’après-midi, ils ont visité la batterie allemande à Longues-sur-mer. (À noter: les participants blogueront dans leur langue de préférée).

As our journey nears its end, we woke up today in Bérnière-sur-Mer, to the sound of seagulls and church bells that surround the grounds where the group is staying. After a morning well spent at the beach analyzing war diaries and what they represent, the group headed to the Beny-sur-Mer Canadian War Cemetery, a place important for all of us and that, in an ideal situation, should be for all Canadians. In Beny-sur-Mer rest the bodies of seven of the Canadians killed in the Abbaye d’Ardenne Massacre and hundreds of other brave Canadian men. Their names are a reminder of the human capacity of committing evil acts but also a reminder of hope and peace. Flowers and commemorative ribbons adorn every corner of the cemetery and one can’t help but to wonder how many people have come here to salute the heroes that lie on these grounds. We hope many. In this cemetery, I was also able to find the headstone of a man I was very kindly requested to commemorate and that is Trooper Harry Osborne from the 1st Hussars of my native London, Ontario. Finding his headstone felt like meeting with an old friend, a friend I never met but whose contributions and sacrifice are felt today.

Alejandra Alvarez, London ON

 

This morning Juno beach was our classroom, and we had the privileged opportunity of reading the war diaries of the attack at Juno while we sat on the sand of the exact place it happened. It was amazing to be able to ask: « Where were the soldiers at this point in the attack? » and then have a colleague point to a house and say: « Right there. » This leaves no room for misinterpretation of landscape through limiting history text books. We all took turns reading the detailed events of each day leading up to the attack and got to learn what the offense was like from the perspective of lower ranked military personnel and what they were and weren’t aware of. The remarkable thing about the Beaverbrook Vimy program is that our place of learning often does more teaching than the tour guides themselves, and our classrooms range from lecture halls and Oxford, to the battle fields of Belgium, to the sandy Juno Beach.

Brooke Reid, Saint Andrews NB

 

This morning, we had a discussion on war diaries at Juno beach. We read multiple diaries from the perspectives of three different soldiers from three different battalions, landing at the three towns on Juno Beach: Courseulles-sur-Mer, Bernières-sur-Mer and St-Aubin-sur-Mer. The diary I looked at was the one from St-Aubin-sur-Mer. War diaries are interesting because they provide insight on an event in ways we would have never thought about. For example, the soldier wrote in the diary how happy he was that the journey to the beaches only got him wet to the knees. We sometimes forget that soldiers that get wet often stay uncomfortably wet for the rest of the day. He also wrote something peculiar that I don’t think I’ve ever seen before. He explained that after 4 years of preparing for this moment, he was disappointed that his beach met little resistance. I think war diaries give us insight on events from many perspectives. Just like how every soldier’s opinion and perspective of war, our analysis of history needs to be flexible and open to different viewpoints. 

Stanford Li, Beaconsfield QC

Prix Beaverbrook Vimy 2018 – Appliquer ici!

Daniel Schindel – Bayeux War Cemetery – Prix Beaverbrook Vimy 2017.
Mention : Hanna Smyth, La Fondation Vimy 2017.

En août dernier, Daniel a retracé le parcours de son grand-père en France grâce au Prix Beaverbrook Vimy de la Fondation Vimy!
www.peacearchnews.com/news/Elgin-student-retraces-grandfathers-footsteps/

Inscrivez-vous dès maintenant au Prix Beaverbrook Vimy 2018! Les élèves canadiens, britanniques et français âgés de 15 à 17 ans peuvent gagner une expérience inoubliable grâce au Prix Beaverbrook Vimy. Le programme de deux semaines en Europe donne aux élèves du secondaire l’occasion d’étudier le Canada et son histoire entremêlée avec celles de la Grande-Bretagne et de la France pendant les Première et Seconde Guerres mondiales.

La date limite de soumission pour le prix Beaverbrook Vimy est le 4 mars 2018.

La période de soumissions de candidatures est maintenant terminée.

Cimetière Militaire Lijssenthoek

Cette fin de semaine, le groupe du prix Beaverbrook Vimy a visité un grand nombre de cimetières et de mémoriaux dans le saillant d’Ypres, ainsi que le Mémorial terre-neuvien à Beaumont-Hamel, sur la Somme. Des visites comme celles-ci soulignent l’ampleur du travail entrepris par la Commonwealth War Graves Commission (Commission des tombes de guerre du Commonwealth), mais aussi de l’impact émotionnel des cimetières et mémoriaux. À cet égard, et pour la publication d’aujourd’hui, nous partageons une autre vidéo qui a originalement été diffusée en direct par le cimetière militaire Lijssenthoek, de la Commonwealth War Graves Commission, dans le cadre de leurs commémorations de #Passchendaele100.   

Le cimetière militaire Lijssenthoek offre une histoire très intéressante de ses origines, avec un récit de romance en temps de guerre qui allait assurer son existence future. De plus, il s’y trouve, en son côté, une commémoration unique d’art moderne qui aide à visualiser les dates auxquelles sont morts les gens qui y sont enterrés. 

Suivez le lien suivant afin de visionner une vidéo sur le deuxième plus grand cimetière de la CWGC en Belgique: https://www.facebook.com/commonwealthwargravescommission/videos/10154850115546094/# 

Live from #CWGC Lijssenthoek Military Cemetery. #Passchendaele100

Posted by Commonwealth War Graves Commission on Tuesday, August 1, 2017

Billy Bishop

Capt. Billy Bishop, VC, le 6 août, 1917, Canadian Colour.

Il y a cent ans, le 2 juin 2017 que pilot canadien William Avery « Billy » Bishop fut décoré de la Croix de Victoire. Billy a su gagner la confiance de ses commandants supérieurs et donc pouvait voler sans trop de suivi ou règles, il partait tout seul et patrouillait sans soutien d’ailier et sans témoin. Le 2 juin Billy est parti seul pour patrouiller au-dessus des lignes allemandes. La citation pour sa Croix de Victoire dit :

« Pour son bravoure remarquable, sa détermination et ses compétences. »

Le Capitaine Bishop qui est parti seul est d’abord allé à un aérodrome ennemi. Il trouva aucun machine ennemi et est donc parti pour un autre aérodrome à 4.5 km sud-est et qui était à au moins 20 km de l’autre côté de la ligne. Sept machines, quelques-uns avec le moteur en marche étaient sur le sol. Le Capitaine Bishop les attaqua d’une distance de 15 mètres et un mécanicien, qui démarrait un des moteurs, tomba. Un des aéronefs décolla, mais à une altitude de 18 mètres le Capitaine Bishop tira quinze cartouches et l’aéronef  écrasa. Un deuxième aéronef décolla et le Capitaine Bishop tira une trentaine de cartouches depuis une distance de 137 mètres et celui-ci écrasa dans un arbre.

Ensuite, deux autres aéronefs décollèrent de l’aérodrome. Il engagea un aéronef à une altitude de 300 mètres vidant ce qui lui restait en munitions. L’aéronef ennemi écrasa 275 mètres de l’aérodrome, le Capitaine Bishop vida son baril en entier dans le quatrième avion et retourna à sa station.

Quatre éclaireurs, 300 mètres plus hauts la suivait pendant un kilomètre et demi, mais ils n’ont pas attaqué. Son avion par était couvert de tirs par des mitrailleuses sur le sol. »

(London Gazette, no.30228, 11 August 1917)

Dans les années qui suivaient sa mort en 1956, les records de guerre de Billy Bishop furent examinés de près suite à la divergence dans ses actions et les fichés officiels. Les historiens ont trouvé que les records de guerre allemande ainsi que les rapports de morts ne correspondaient pas avec les victoires dont Bishop réclamait. Un grand nombre de ses victoires sont inscrit dans les records de guerre britanniques sans témoignage. Cependant, les personnes qui soutiennent Bishop disputent que les records de guerre allemande sont incomplets car les allemands essayaient de cacher ce qu’ils considéraient un désastre pour la propagande allemande. De plus, à l’époque les Allemands devenaient de plus en plus attentif à ce qu’ils décidaient de publier, préfèrent de ne pas annoncer des mauvaises nouvelles. Ce qui est certain, c’est que la carrière militaire de Billy Bishop fut un de grand bravoure, comme démontrer par ses actions confirmées, mais aussi troublé par les demi-vérités et histoires de rencontres fabriqués.

Pour plus d’informations et pour lire plus sur les arguments pour ou contre le legs de Billy Bishop, nous vous suggérons de lire les articles suivants (ici, disponible en anglais).

The Incomparable Billy Bishop: The Man And The Myths by Lieutenant-Colonel David Bashow   http://www.journal.forces.gc.ca/vo3/no3/doc/55-60-eng.pdf
Billy Bishop – Brave Flyer, Bold Liary by Brereton Greenhous
http://www.journal.forces.gc.ca/vo3/no3/doc/61-64-eng.pdf

Journée nationale des Autochtones

Sdt. Tom Longboat, le coureur de fond autochtone, en train d’acheter un journal à un jeune camelot français. Juin 1917.
Bibliothèque et Archives Canada / PA-001479 (modifiée de l’originale)

Pendant la Première Guerre mondiale des milliers de soldats Autochtones ont servi dans le Corps expéditionnaire canadien. Plusieurs sont devenus des tireurs d’élite ou des éclaireurs de reconnaissance, or les soldats Autochtones ont servi dans plusieurs postes à travers le CEC. Combattant dans les diverses unités militaires, plus de 37 fut décorés pour leur bravoure pendant la guerre.

Malrgé la camaraderie proche avec les soldats non-Autochtones, leur retour au Canada fut gangrené par le traitement inégal et la marginalisation.

Quelques soldats Autochtone remarquables sont, coureur de distance Tom Longboat, Cameron Brant, Oliver Milton Martin, tireur élite Henry Norwest et tireur élite Francis Pegahmagabow.

Les bains

Soldats Australien aux bains publics près de Ypres le 1 novembre 1917. La présence regulière aux bains publics était obligatoire pour tous les soldats au font de l’ouest.
© IWM (E (AUS) 1067)

Au milieu de la boue et la misère du front, un voyage hors des lignes signifiait un bain et un changement d’uniforme et de sous-vêtements pour les soldats. Mais ce n’était pas aussi rafraichissant que l’on peut imaginer. John Becker, du 75e bataillon, Mississauga, raconte l’histoire de sa visite aux bains de Gouy-Servins, France en juin 1917 :

« Ces bains publics étaient dans un bâtiment fait de planches avec un chauffe-eau avec du bois à côté. À l’intérieur on se déshabillait jetant nos sous-vêtements et bas dans les piles à un bout. Les sous-vêtements étaient pris toute suite par les hommes de treillis, avant que les vêtements partent toute seule (à cause des poux). On passait dans une autre salle sous les longs tuyaux qui libérait d’eau chaude. Un sergent-majeur criait « Au savon ». On avait trois minutes pour se savonner avant d’entendre « Rincer ». On devait se rincer toute suite, car l’eau s’arrêter après une minute. On sortait par l’autre côté pour sécher nos corps couvert de morsures de poux. Ils nous donnaient des serviettes propres, les sous-vêtements qui étaient désinfecter par fumigation et remettait nos vêtements. Les sous-vêtements étaient ceux qu’ils nous distribuaient. Certains pairs étaient bien usés. Les vêtements étaient censés être libre de bétail (poux), mais cela ne prenait pas en compte les œufs dans les coutures de mes pantalons et ma tunique. Une heure plus tard j’étais un délicieux repas pour ces petits œufs ainsi que tous leurs frères et sœurs. » (Becker, Silhouettes of the Great War, 84).

CWGC 2e partie

Dépt. de la défense nationale du Canada/Bibliothèque et Archives Canada/PA-004628.

En mai, le Commonwealth War Graves Commission a fêté ses 100 ans. Sir Fabian War, un homme de 45 ans, directeur en éducation est allé en France en 1914 parce qu’il voulait absolument servir son pays. Quand Lieutenant-colonel Edward Stewart est allé voir l’unité mobile de la Croix Rouge de Ware,il fut très content de l’attention et le travail additionnel de l’équipe. Dans un cimetière de Bethune les hommes de Ware ont assuré que chaque croix avait été étiqueté. Stewart fut surpris de comment temporaire semblait l’enregistrement des tombeaux.

« Sur la plupart des tombeaux les noms étaient inscrit en crayon et nous avons toute suite donnée les instructions de les  peindre. » (Summers, Remembered: The History of the Commonwealth War Graves Commission, p. 14).

Apart les inscriptions en crayon sur les croix en bois, l’enregistrement n’est pas allé plus loin que le gardien français d’origine. Ware a compris que l’état incomplet était sans doute le même dans tous les sites d’enterrement du front de l’ouest. Avec le soutien de Stewart, Ware et ses hommes commença d’enregistrer et d’occuper de tous les tombeaux britanniques qu’ils trouvaient. (Summers, Remembered: The History of the Commonwealth War Graves Commission, p. 14).

Sir Arthur Currie

Lieutenant-Général Currie )centre) et le Roi George V (gauche) visitent la crête de Vimy, juillet 1917 avec le Général Horne (droite).
Photo du Dépt de la Défense Nationale du Canada/Bibliothèque et Archives Canada/PA-001502.

Il y a cent ans, le 9 juin 1917 que Sir Arthur Currie fut nommée commandant du corps canadien. Le 6 juin, Sir Arthur Currie était appelé au quartier général du corps canadien et informé de sa promotion. Lieutenant général Sir Julian Byng quittait le poste pour commander la 3e armée britannique. Or, sans consultation avec le gouvernement canadien, l’affectation n’a pas reçu l’approbation officielle. Une explosion de messages fut transmise d’un côté de l’océan atlantique entre Premier Ministre Borden et Ministre outre-mer canadienne Sir George Perley. Ils étaient très vite tous d’accord que Currie devait devenir commandant. La promotion fut officielle le 9 juin 1917. (Nicholson, Canadian Expeditionary Force, 1914-1919, p. 283-284).

Ce fut la première fois qu’un Canadien fut nommé commandant du corps canadien.

 

Raids du 8 au 9 juin 1917

Le dommage subit par une fossé en beton de fusils à Coulotte.
Photo du département de la défense nationale du Canada/Bibliothèque et Archives Canada/PA-001740.
suite à plusieurs raids par les canadiens en juin 1917, peu restait du hameauLa Coulotte.
Photo du département de la défense nationale du Canada/Bibliothyèque et Archives Canada/PA-001694.

Au début de 1917, les troupes canadiennes entreprenaient de grandes raids comprenant plusieurs bataillons pour divertir l’attention de l’ennemi de la crête de Messines. La nuit du 8 au 9 juin, six bataillons ont attaqué un front de 3 km depuis le talus du chemin de fer au sud qui menait à Avion au nord de la rivière Souchez. Le régiment royal du Canada, 42, 49, 75, 87 et 102 bataillons ont laissé environ 1 000 victimes. L’efficacité du raide fut remarqué par le général Plumer, commandement de la deuxième armée qui avait lancé une attaque sur la crête de Messines le jour avant. Dans un message aux Canadiens le Général déclara « j’espère que laissera les troupes en question savoir combien j’ai apprécié leurs efforts. Vos raids d’hier soir étaient magnifiques. »