Blog Prix Vimy Beaverbrook – 11 août 2019

Les participants discuttent avec leur chaperonne Sara, au mémorial Bourlon Wood

Aujourd’hui, nos récipiendaires du PVB 2019 ont visité le Mons Memorial Museum et le cimetière germano-britannique St-Symphorien.  Dans l’après-midi, ils se sont rendus à Cambrai, en France, pour visiter la cathédrale, devant laquelle Lily et Rose ont fait une présentation sur la vie quotidienne des soldats. Enfin, ils ont visité le Mémorial canadien à bois de Bourlon. (À noter: les étudiants blogueront dans leur langue de préférence).

 

Something that has struck me about my time here in Belgium and France with the BVP 2019 is the way different cultures and linguistic groups function together in such proximity. This is a concept that I have been considering throughout the visits to memorials, monuments, and museums.  When visiting the St-Symphorien cemetery today, I was shocked by the landscaping. It was very effective; dare I say beautiful. Over the program we have visited both Commonwealth and German cemeteries. There are vast differences in the styles of them, reflecting each country`s respective attitude about the result of the war. However, in St-Symphorien, both the victorious white commonwealth headstones and the manicured gardens were combined with the darker German stones and towering trees. The cemetery was very effective, it was powerful, but it was melancholy. This combination of landscaping, for me, represents the true result of the war. Nobody won. Germans died alongside Commonwealth soldiers, and they were commemorated together. I wonder how the Belgian people feel about this combination cemetery, as many protested the German cemeteries, but are so welcoming of the Commonwealth ones, due to the liberation. What I have learned today, is that you cannot draw boxes around people in life or death and expect them to fit in. 

-Meaghan Bulger

During the day, we visited Bourlon Wood Memorial. There we broke into small groups to discuss our opinions on when the First World War truly ended. While many would say that the war ended with the Armistice in November 1918, our group discussed opinions.  I see the end of the war as a process like throwing a rock into a pond. The initial splash and noise are similar to the chaos of the actual combat aspect of the war. Next the water that was thrown up in the splash comes down, like how it took a little bit of time for allied politicians to decide how to proceed after the war with the Treaty of Versailles. Finally, there are the ripples which radiate out for some time after the rock has settled. This is similar to the long-lasting effects the war had on different groups of people. For example, after the Treaty of Versailles, Germany had to pay large reparations to the wining allied counties. This left the German economy in ruins for years and in turn contributed to Hitler’s rise to power. Another example is of the strong anti-German sentiment that existed in many communities that had been occupied by the Germans during the war. During our visit to the Mons Memorial Museum our guide told us about some women accused of collaboration with the Germans and who were publicly humiliated after the war by having their hair cut off. Visiting these towns and cities and hearing the stories of the people here has given me a new perspective on the war and the people who live here.

-Noah Korver

Today we visited the St. Symphorien Military Cemetery, a place where both Germans and Commonwealth soldiers are commemorated. It is a place of mourning, where fallen soldiers had been honored and remembered, irrespective of their background.

Today, I would distinctly remember one moment. As I walked through this graveyard I couldn’t help but notice two rows of stones that had been placed on opposite sides of a path. Looking at one side, I could see the names of the first soldiers who died in the First World War. Looking at the other side, I could see the names of those who had died four years later, just prior to armistice. The deaths of these soldiers marked the beginning and end of the First World War. These soldiers had different pasts, had different lives ahead of them, yet their paths, cut short by the tragedies of war, seemed to have somehow led them to the same resting place. Walking in between these rows of gravestones, it was almost as if I could see these rows and rows of soldiers standing by me. It was emotionally moving. 

The 513 soldiers honored in this cemetery comprised only a fraction of all those who lost their lives to the war. The First World War was costly, paid for by the deaths of millions, and it is up to us to remember them.

 -Rose He

 

Blog Prix Vimy Beaverbrook – 10 août 2019

Nos participants du PVB visitent le Mémorial de la trêve de Noël

Aujourd’hui, nos étudiants du Prix Vimy Beaverbrook ont fait un tour guidé de la région du salient d’Ypres avec notre merveilleux guide Lucas. Les sites visités incluaient le Mémorial de la trêve de Noël, Hill 60, le Parc irlandais de la paix, le Mémorial de Passchendaele, et le cimetière Tyne Cot. Ensuite, les étudiants ont assisté à la cérémonie du « Last Post » à la Porte de Menin, où Maya, Jack et Andelina ont déposé une couronne pour commémorer les morts. (À noter: les étudiants blogueront dans leur langue de préférence.)

 

Today, at the Tyne Cot Cemetery, I had the honour to be able to share the story of my Great Granduncle, Frank Rogers at his grave marker. The feelings I had were indescribable, I will do my best to explain some of the emotions I felt. Prior to presenting Frank’s biography I had told myself that I would not cry. However, as I was reading the story of his life, I could not stop myself. Something seemed to overtake me. A feeling almost as if I were talking to Frank himself, but there was a sort of barrier or wall between us. A barrier that allowed me to see him and his life, but he was unable to see me and my life. I wonder if he heard the promise that I made to him to never let his story be forgotten, and that I will never let him be forgotten. I hope that I have made him proud, and I am so incredibly grateful to have had the opportunity to be able to pass on his story in the country where his story ended. It was like he was lost and forgotten, but as I embarked on the Beaverbrook Vimy Prize program, I was able to find him and bring him back to life.

-Maya Burgess-Stansfield

 

Les chaperons qui nous accompagnent lors de ce séjour m’ont donné, aujourd’hui, la chance incroyable de participer au défilé de la cérémonie de la Porte de Menin, aux côtés de vétérans et de jeunes de la Royal Air Force britannique. Je n’aurais jamais pensé avoir l’honneur de me tenir là, portant le rôle important, quoique si abstrait, de commémorer des dizaines de milliers d’hommes dont la vie persiste grâce à la mémoire. Les rayons du soleil couchant transperçaient les puits de lumière du haut de la Porte de Menin; l’orchestre faisait chanter leurs hautbois et leurs trompettes; un groupe irlandais modérait la cérémonie par le ra de leurs tambours. Alors qu’une foule d’Yprois, de touristes ou bien de pèlerins silencieux et attentifs remplissaient l’arche célèbre, je voyais devant moi les milliers de noms gravés dans la pierre de marbre. Pour un instant, je les voyais tous devant moi, droits et courageux comme je tentais de l’être, sur une plaine belge accidentée à perte de vue. Soudain, je faisais fi des opinions divergentes sur la validité de la guerre, des différentes raisons pour lesquelles l’on pouvait se battre, de la propagande parfois trompeuse sur les valeurs ou sur le sacrifice, et tout ce qu’il restait autour de moi et en moi n’étaient que l’émotion, la vie et la mort. Il y avait tant de noms, tant de vie, tant de mort, c’était presque irréel de témoigner de l’extrême humain de manière aussi vivide. Je pris mon courage à deux mains et commençai à marcher derrière des hommes dont le nom aurait pu se trouver sur la Porte de Menin, la couronne à la main, voyant des regards curieux ou bien larmoyants dans la foule. C’est une expérience qui bouleversa ma perspective sur l’humanité et que je n’aurais jamais pensé vivre dans ma vie. 

 – Andelina Habel-Thurton

Lors de notre départ du Canada, je ne comprenais qu’un point de vue au sujet d’une guerre à plusieurs perspectives. Le Parc irlandais de la paix incluait une plaque qui s’excusait d’avoir participé dans une guerre aussi affreuse et d’avoir pris autant de vies. Notre guide nous a dit à ce moment que le mot victoire n’existe pas pour une guerre aussi longue. J’ai vu dans les villages reconstruits qu’il y a encore une atmosphère lourde concernant les guerres aujourd’hui. La souffrance des populations et l’impact sur les terrains est encore un aspect de la vie quotidienne. Nous avons visité une ferme locale dont le fermier avait trouvé des grenades actives qui datent de la Première Guerre mondiale.  J’ai aussi réalisé que les allemands avaient également une fierté de leur patrie et qu’eux aussi ont vu la perte de plusieurs vies. De leur perspective, ils étaient les véritables héros mais leur perte a créé la souffrance d’une nation entière après la Première Guerre mondiale. Je suis très reconnaissante du sacrifice qui a permis notre liberté aujourd’hui, mais je réalise qu’il faut aussi reconnaître que nous ne sommes pas le seul côté ayant souffert. Tout le monde a une perspective qui leur semble logique, et personne ne se voit comme l’ennemi. Comme notre guide a dit, le mot victoire n’existe pas dans une guerre aussi longue parce que tout le monde a souffert.

-Andréa Jackson

In the town of Ypres at the most beautiful cathedral, yesterday the sounds of the song “silent night” rang out in the In Flanders Fields Museum. This was what the soldiers of the Western Front would have heard during the Christmas Truce of 1914. It moved me so much that even the most steadfast of enemies could find the humanity that one special night where there was peace in the midst of war. Today was the first time I saw something lighthearted and kind in the face of these conflicts.  

After visiting the Christmas Truce Memorial in the fields of Ypres, my mind turned to how the soldiers of both sides must have been exhausted after months of fighting. The monument filled with soccer balls alluding to the famous game of soccer played in no man’s land gave me a sense of joy in a place where almost all memories are negative. The truth is, war was destructive and horrific, but it gives me hope to think that on that one single day on the 25th of December 1914, there was peace on the Western Front. 

-Jack Roy

Le guide Lucas au mémorial de la trêve de Noël

Blog Prix Vimy Beaverbrook – 9 août 2019

Nos étudiants du PVB 2019 dans la tour des Halles aux draps

Aujourd’hui, les récipiendaires du Prix Vimy Beaverbrook 2019 ont visité le cimetière allemand Langemark et le poste de secours de John McCrae où Lily et Alliya ont lu le célèbre poème Au Champ d’Honneur. Ensuite, les étudiants se sont rendus à Ypres pour visiter le musée In Flanders Field situé dans les Halles aux Draps.  (À noter: les étudiants blogueront dans leur langue de préférence.) 

 

Today was our first official day exploring the many fascinating and stimulating monuments, areas and cemeteries of the Beaverook Vimy Prize program. I was most moved by the very beginning of the day visiting our first Commonwealth grave and famous Canadian poet John McCrae’s dressing station. Starting off at Essex Farm cemetery instantly opened my eyes to new perspectives and challenged my own, as I discovered an almost subconscious bias of mine: one of the chaperones pointed out two headstones right beside each other in one row and asked us why this was the case, and I immediately envisioned a patriotic image of two best friends dying together so being buried together. Learning that they were likely buried together due to being indistinguishable from each other due to horrific wounds, really made me start to rethink any glorified preconceptions of the First World War I may hold. At John McCrae’s dressing station by the spot McCrae wrote the iconic poem In Flanders Fields I was absolutely honoured to read his famous work to the group, which made me feel so connected to its material and thrilled to be standing where the poppy emblem of the war essentially originated from.

I was also so lucky to conduct a tribute to a soldier I had selected at the very spot where his name was engraved – something I never thought I would have the chance to do. We reached the expansive Menin Gate where I spoke about a soldier whose name was written there, Cecil Hubert Cray Cattel – I presented my project including inferring his personality characteristics from letters he wrote that I had studied – this was an incredible moment, allowing me to truly feel a personal connection to a name likely lost in history. I look forward to tomorrow and challenging my ideas and assumptions about the World Wars even further.

-Lily Maguire

 

Aujourd’hui, nous avons visité deux cimetières : la Ferme d’Essex – cimetière du Commonwealth britannique – ainsi que le Langemark Cemetary – cimetière allemand -. C’était la première fois que j’entrais dans un cimetière militaire. Tous ces noms, gravés sur les tombes, m’ont fait prendre conscience du nombre de morts engendré par la Première Guerre mondiale. Il y a une grande différence entre un nombre et un visuel concret. Ces quelques cimetières ne représentent cependant qu’une fraction de l’horreur de la Grande Guerre. Tout au long des visites, je me suis sentie très concernée par la mobilisation de tous ces soldats. Nous ne pouvons, en effet, rester insensible au sacrifice de toute une génération.

Le cimetière du Commonwealth britannique montrait un style à l’antipode de celui du cimetière allemand. Si la Ferme d’Essex avançait une vision de clarté neutre, le Langemark Cemetery évoquait une image plus sombre et impersonnelle. En effet, la lumière filtrait à peine entre les branches et les feuilles des arbres, les murs étaient noirs, de même que les tombes, complètement à l’inverse pour la Ferme d’Essex.

Durant cette journée, j’ai notamment appris qu’à partir de quarante tombes, la croix du sacrifice était érigée alors que lorsque ce nombre dépassait le millier, on faisait installer la pierre du souvenir. Aussi, j’ai pu éclaircir les origines du poème In Flanders Fields.

-Florence Trigaux

 

Though I have been highly anticipating this program ever since my acceptance, I do not think there is any way to truly comprehend the emotions you experience upon stepping onto a cemetery. Today, during the first day of activities, we visited both a Commonwealth and a German cemetery. The contrast between the two was astounding to me – the Commonwealth cemetery was more celebratory and patriotic whereas the German cemetery was much more ominous and more impersonal. I was quite literally speechless, as in a space no larger than my backyard, there was a mass grave with more than 25,000 German soldiers buried on top of one another. I truly do not think there is a word to describe seeing this in person. Each one of these people had a life, a family, and a story which was cut short … and their only commemoration is a small engravement of their name on a stone.

Later in the day, I had the opportunity to present a project which I had prepared prior to the program. My soldier, private Thomas Hannabury, is commemorated at Menin Gate as his place of burial was destroyed in battle during the First World War. It makes me very proud to carry the legacy of my soldier, as aside from his immediate family I could very well be one of few people to know of his life and incredibly selfless sacrifices he made for his nation. As he was born in St. John’s, Newfoundland, it was an absolute honour to pay my respects to someone from my province who gave their life so that I can live mine in liberty. Despite it being only the first proper day, I already feel as though I have gained an entirely new perspective on history and I cannot wait to see where else the program leads and how else it shapes my knowledge and personal viewpoints.

Evan Di Cesare

 

 

site John McCrae de la Essex Farm
Lily présentant son soldat à la Porte de Menin
Andelina faisant un frottage de la pierre tombale de son soldat au cimetière Chateau Potijze

 

 

Blog Prix Vimy Beaverbrook – 8 août 2019

Beaverbrook Vimy Prize Recipients outside Peace Village, Messines

 

Nos récipiendaires PVB 2019 sont arrivés à Bruxelles. Ils ont voyagé directement à Messine sur le Salient d’Ypres. Après s’être installé, les étudiants ont été initié au programme et ont participé à des activités de brise-glace. Aujourd’hui, ils ont blogué sur ce à quoi ils ont le plus hâte durant le programme. (À noter : les particants blogueront dans leur langue de préférence.)

 

J’ai particulièrement hâte d’entendre des témoignages et des conférences d’experts, nous sommes choyés d’y avoir accès, car ils nous donnent une perspective très personnelle sur les conflits.

-Andelina Habel-Thurton

 

I am most excited to visit the Canadian National Vimy Memorial, due partly to its symbolic and historical significance, as well as because it is where the soldier I have been researching over the past few months is commemorated there. I am incredibly grateful to have the opportunity to participate in the Beaverbrook Vimy Program, and I am looking forwards to the journey ahead!

-Rose He

 

I am particularly excited to see the Vimy Memorial after all the stories I have heard from people about the emotional impact it had on them. I am also looking forward to seeing the Ring of Remembrance, for its architecture. 

-Nimra Hooda

 

I am most excited to visit the grave of my great grand uncle at Tyne Cot Memorial. I think it will be an amazing experience to be able to stand by his grave and to tell his story.

-Maya Burgess

 

During this program, I am most looking forward to visiting Second World War sites, especially the Juno Centre and Juno Beach due to my decade-long interest in the Second World War, and to visit a plaque dedicated to my jazz band at the Juno Beach.

-Philipp R.W Darley

 

J’ai très hâte de voir le Château de Versailles. Être à l’endroit où ils ont déclaré la fin d’une des guerres les plus sanglantes de l’histoire mondiale, et où la paix a été déclarée sera une expérience très marquante pour moi.

-Andréa Jackson

 

I am looking forward to the Dieppe candlelight ceremony because I find an immersive experience is so effective in commemorating tragically lost lives in a way that remembers the beauty of their lives and humanity.

-Lily Maguire

 

I’m ecstatic to have the chance to visit the infamous beaches of Normandy. Experiencing where those soldiers walked will be so moving.

-Jack Roy

 

Je suis très excitée à l’idée de visiter tous les musées, monuments et cimetières prévus lors du PVB. L’Anneau de la Mémoire m’intéresse particulièrement pour sa signification. En effet, à travers ce monument commémoratif circulaire se cache un puissant message unificateur.

-Florence Trigaux

 

I am the most excited to get to see Vimy Ridge because of it’s cultural significance to Canada.

-Noah Korver

 

Though I am incredibly excited for every aspect of the program, what I am most looking forward is to visit Beaumont Hamel so that I can gain a new sense of respect for the history of my province.

-Evan Di Cesare

 

I am most excited to have the opportunity to commemorate my chosen soldier, as it is very important to the family. I feel honored.

– Meaghan Bulger

 

I am excited to visit the Versailles palace because of the history and architecture portrayed by the palace.

-Nathan Yee

 

I am most looking forward to Versailles, for it is said to be gorgeous, and the Courcelette Memorial, because that is the battle in which the soldier I researched died. I feel it will be very moving to stand where someone my age died just over one hundred years ago.

-Sophie Long

 

Je suis impatient de créer des liens forts et durables avec tous les autres lauréats du programme tout en participant à une expérience unique relative à l’histoire.

-Isaac St-Jean

 

Visiter le centre Juno Beach et les champs de bataille m’enchante tout particulièrement car je pense que la visite de celui-ci me permettra d’en apprendre plus sur le rôle et l’histoire du Canada lors de la Seconde Guerre mondiale et les champs de bataille font ressentir de réelles émotions qui, même après une centaine d’années, rendent compte de la gravité de la guerre.

-Alliya Arifa

 

Blog Prix Vimy Beaverbrook – 7 août 2019

Les participants du Prix Vimy Beaverbrook prêts à quitter L’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal le 7 août 2019.

Les récipiendaires du Prix Vimy Beaverbrook ont entamé un programme éducatif immersif en Belgique et en France, afin d’étudier l’histoire du Canada lors de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Suivez-les alors qu’ils bloguent sur leur expérience!

Les blogs d’aujourd’hui viennent de nos chaperons. À noter: les participants blogueront dans leur langue de préférence.)

Today we begin the BVP 2019 program! I’m looking forward to spending the next two weeks working with my fellow educators/historians to teach an incredible group of Canadian, British, and French youth about the First and Second World Wars. This will be a once-in-a-lifetime opportunity for students to engage with the past through experiential learning on the battlefields!

-Sara Karn

Le grand jour est enfin arrivé! C’est avec une grande joie que je prends part pour la première fois au Programme Vimy Beaverbrook 2019 comme accompagnatrice. Je me réjouis à la perspective de découvrir les sites canadiens de la Première et de la Seconde Guerre mondiale avec un groupe de jeunes étudiants et étudiantes curieux, enthousiastes et passionnés d’histoire. 

-Chloé Poitras-Raymond

L’heure est enfin arrivée et nous quittons Montréal pour les lointaines contrées européennes. Pour ma part, c’est la première fois que je participe en tant qu’accompagnateur pour le BVP et je suis fébrile à l’idée de rencontrer mes collègues, les étudiants et étudiantes qui se joignent à nous cette année pour approfondir leurs savoir et leurs réflexions autours des deux conflits mondiaux. J’espère pouvoir piquer leur curiosité historique et leur ouvrir de nombreuses nouvelles portes d’interprétations et de compréhension sur ces deux conflits, sur leurs impacts non seulement sur l’Europe, mais aussi sur le monde.

-Thomas Vennes

As we get ready to board the flight to Brussels, we’re looking forward to getting the 2019 BVP started. We have a great itinerary lined up and it will be a lot of fun to visit these important historical sites with a fantastic group of students. Having the opportunity to learn about the First World War while experiencing the sites and battlefields is a tremendous opportunity for the students to immerse themselves in the stories that marked this critical period in not only Canadian, but also world history.

-Sean Graham

 

I am beyond thrilled and honored to be returning with the Vimy foundation and part of the Beaverbrook program.This is my second experience with the Vimy foundation and I look forward to this incredible opportunity with the students.The experiences and knowledge shared during these 14 days will be remarkable and something that I will never forget.As a teacher I look forward to sharing my knowledge and experiences with 16 amazing students.Every day will offer amazing opportunities for everyone to learn and grow and I look forward to learning with and from the students throughout this journey.

-Christopher Kinsella

Un Héritage en couleur

Il y a plus d’un siècle, le Britannique (William) Ernest Keeling s’est enrôlé en tant qu’estafette à motocyclette au début de la guerre. Il suit son entrainement à l’été 1915 et arrive sur le front ouest à la fin juillet.

À l’été 2019, ses descendants, vivant au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande, ont découvert une photo d’Ernest Keeling dans notre collection d’images du projet de colorisation de la Première Guerre mondiale. C’est la première fois que l’on identifie le sujet de l’une de nos photos en couleur!

Ernest Keeling a été identifié comme le sujet de cette photo de novembre 1917.

La photo, prise par le photographe de guerre canadien William Rider-Rider en novembre 1917, montre une estafette qui s’éloigne d’un pigeonnier mobile construit sur un autobus de Londres converti. Cette photo a été colorisée par la Fondation Vimy et le coloriste numérique Canadian Colour. Elle figure dans le livre La Guerre en couleur, publié par Dundurn en 2018.

Entre l’été 1916 et la fin de la guerre, les photographes de guerre officiels du Canada ont réalisé près de 8 000 photos. Cependant, la plupart des archives liées à ces images ne contiennent aucune information sur les sujets qu’elles représentent.

Cette découverte fut émouvante pour les petits-enfants d’Ernest Keeling, les cousins ​​Mihiteria King de Nouvelle-Zélande, Sarah Buttimore (née Keeling) du Royaume-Uni et Graham Keeling d’Australie. Ils avaient des coupures de journaux d’Ernest avec des pigeons sur sa moto pendant la Première Guerre mondiale, mais n’avaient pas vu la photo en couleur. La découverte du service de leur grand-père pendant la guerre a eu un impact considérable.

Depuis, ils ont également découvert que deux des médailles d’Ernest se trouvaient au Royal Engineers Museum à Kent au Royaume-Uni. Toutes leurs recherches sont compilées sur une page Web en anglais que vous pouvez consulter ici.

Traité de Versailles, 28 juin 1919
Une action centenaire

Après des mois de négociations entre les chefs d’État et les équipes diplomatiques à la Conférence de paix de Paris de 1919, la Première Guerre mondiale a officiellement pris fin le 28 juin 1919, par la signature du Traité de Versailles.

A Peace Conference at the Quai d’Orsay. William Orpen. IWM (Art.IWM ART 2855)

Pour le Canada, une représentation à la Conférence de paix de Paris et la signature du Traité de Versailles étaient d’une importance vitale; le premier ministre Borden avait énormément insisté sur cette participation. Voici ce qu’il a déclaré au Parlement :

« Au nom de mon pays, je me suis tenu fermement sur ce solide terrain; et pendant la plus grande de toutes les guerres, dans laquelle la liberté du monde, la justice du monde, en bref, la destinée future du monde étaient en jeu, le Canada a dirigé les démocraties des deux continents américains. Sa détermination a été une source d’inspiration, ses sacrifices ont été bien visibles et son effort a été indéfectible, jusqu’à la fin. Le même esprit indomptable qui l’a rendu capable de cet effort et de ce sacrifice l’a rendu tout aussi incapable d’accepter à la Conférence de la paix, au sein de la Société des Nations, ou ailleurs, un statut inférieur à celui accordé aux nations moins avancées dans leur développement, moins nanties en richesses, en ressources et en population, pas plus complètes dans leur souveraineté et beaucoup moins visibles quant à leur sacrifice. »

 

Le Canada a signé le traité de façon indépendante, mais la signature a été décalée sous « Empire britannique ». Même si cela témoignait de l’ambiguïté permanente du rôle du Canada et des autres dominions dans le monde, il s’agissait d’un pas important vers l’indépendance complète du Canada, sur le plan de sa politique étrangère. Douze ans plus tard, le Statut de Westminster (1931) a autorisé le Canada à gérer ses propres affaires extérieures. La reconnaissance internationale que le Canada a reçue est attribuable en grande partie aux sacrifices de ses forces armées tout au long de la Première Guerre mondiale.

Une politique étrangère indépendante signifiait que le Canada ne serait plus forcé d’entrer en guerre en raison de sa relation avec l’Angleterre – comme ce fut le cas en août 1914. Les guerres futures ne seraient menées qu’avec le consentement du Parlement. Par conséquent, au début de la Deuxième Guerre mondiale, lorsque l’Angleterre a déclaré la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939, le Canada n’était pas forcé de suivre l’Angleterre et est entré en guerre le 10 septembre 1939, après la tenue d’un vote à la Chambre des communes.

Après la signature du Traité en juin 1919, une session parlementaire extraordinaire a été convoquée le 1er septembre 1919 pour que le Traité soit ratifié au Canada. Au cours de cette session extraordinaire, le premier ministre Borden a parlé de l’accord de tous les pays aux termes du Traité :

« Je ne prétends pas qu’il n’y a pas eu d’hésitation, ni même de protestation. Il est probable que pour aucun pays, les représentants étaient absolument satisfaits de chacune des dispositions contenues dans ce Traité. Je n’exclus pas les représentants du Canada de cette affirmation éloquente. Mais il y a un fait remarquable : trente-deux nations aux idéaux et aux aspirations divergents et parfois contradictoires, dont le statut, le pouvoir et le développement politique sont très divergents, et qui sont parfois séparées par d’anciens antagonismes et des jalousies de longue date, ont finalement donné leur acquiescement absolu à un traité, lequel, quelles qu’en soient les imperfections, a été conçu en toute sincérité pour assurer la paix future du monde. »

 

Malgré les prétentions de Borden, les conditions n’ont pas été sans controverse. Le traité obligeait l’Allemagne à se désarmer, à faire de nombreuses concessions territoriales et à payer les réparations, tout en acceptant la responsabilité d’avoir causé toutes les pertes et tous les dommages pendant la guerre. Certains étaient d’avis que ces termes étaient trop sévères, tandis que d’autres critiquaient le fait qu’ils étaient trop indulgents. Nombreux sont ceux qui ont affirmé que les conditions imposées par le Traité ont créé les conditions qui mèneraient à l’agitation en Allemagne et au déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale en 1939 – ce qui est exactement à l’opposé des intentions des personnes ayant participé à la création du Traité.

Portrait de Sir Robert Laird Borden. Sir William Orpen Collection. Bibliothèque et Archives Canada / no d’acquisition 1991-76-1 / C-11238

Bibliothèque et Archives Canada : « Ce portrait du neuvième premier ministre du Canada, Sir Robert Laird Borden (1854-1937), a été peint par Sir William Orpen (1878-1931) à la demande du gouvernement britannique, pour commémorer en portrait de groupe les délégués de la Conférence de paix de Paris de 1919. L’oeuvre en question est un croquis préparatoire développé au cours de quatre sessions où Borden, comme tous ses co-participants, dut poser individuellement pour l’artiste. L’oeuvre finale, un tableau à grande échelle intitulé A Peace Conference at the Quai d’Orsay, se trouve aujourd’hui au Imperial War Museum à Londres. Ce portrait unique de Sir Robert Borden reflète l’état de santé fragile du premier ministre, et la fatigue profonde qui l’accablait suite aux événements des mois tumultueux précédant la conférence. »

 

« Le Canada et la paix : Discours de Robert Laird Borden sur le traité de paix », (Ottawa : 1919) https://wartimecanada.ca/fr/document/world-war-i/peace/le-canada-et-la-paix

 

 

Un hommage à Joseph Bernard Hill

Pour honorer la Journée nationale des peuples autochtones le 21 Juin, nous partageons les mots d’un de nos anciens participants du Prix Vimy Beaverbrook, Andrew Yin de l’Ontario.

En faisant des recherches en prévision de la remise du Prix Vimy Beaverbrook 2017, je me suis informé au sujet de Joseph Bernard Hill, un membre de Première Nation qui a combattu pendant la Première Guerre mondiale et qui a été tué en septembre 1918. En août 2016, pendant l’exécution du programme en France, j’ai visité le cimetière de l’Ontario, où Joseph a été enterré, afin de commémorer sa vie. Ce fut une expérience puissante qui a eu un effet durable sur moi. Je souhaite faire part de mes sentiments, en hommage à Joseph Bernard Hill.

2016. Je me tiens debout devant vous. Après que j’ai trouvé votre nom par hasard, un parcours historique de toute votre vie a débuté.

1914. Septembre. L’atmosphère était de plus en plus tendue, car le Canada était forcé d’entrer en guerre. Cependant, il y avait aussi un sentiment de patriotisme. Vous, en tant qu’homme membre d’une Première Nation, étiez préparé et prêt à combattre pour votre pays.

1915. Mars. Vous aviez 19 ans, n’étiez pas beaucoup plus âgé que je le suis aujourd’hui. On vous a enfin permis de vous enrôler dans l’armée, avec le numéro de service 89648. Loin de votre patrie, vous avez pris la mer avec des milliers d’hommes et traversé l’Atlantique, à destination d’une terre étrangère.

1918. Le 30 septembre. Trois ans et demi après votre enrôlement. L’armistice était sur le point d’être déclaré, mais c’était un mois trop tard. Dans le nord de la France, vous faisiez partie d’un groupe courageux de Canadiens qui avançaient lentement malgré les tirs intenses. Malheureusement, ce jour fatidique, vous avez été atteint par une balle.

1918, 22 ans. Vous êtes devenu un des 60 000 Canadiens, y compris 300 Autochtones, dont la vie a été à jamais perdue loin de la patrie. Toutefois, par votre sacrifice, vous avez prouvé au reste du Canada qu’en tant que membre d’une Première Nation, vous vous souciiez profondément de votre pays. Vous avez aidé le Canada à faire un petit pas vers l’avant. Votre nom, à jamais gravé sur une pierre tombale dans le nord de la France, témoigne de votre détermination et de votre persévérance, et inspire discrètement, mais avec puissance, la génération qui suit la vôtre. Vous avez eu un impact durable sur votre collectivité.

2016. Joseph, vos contributions n’ont pas été oubliées. J’ai suivi le parcours de votre vie, qui raconte une histoire de courage et de caractère. Maintenant, cette histoire a une signification plus profonde pour moi. Inspiré par vous, je sais que je n’abandonnerai jamais sur la route qui me mènera vers mes objectifs à atteindre, quel que soit le degré de difficulté. Je continuerai de me battre aussi longtemps que possible.

Votre sacrifice est une leçon que nous nous devons de respecter. Vous vous étiez enrôlé au cours d’une période de discrimination endémique à l’égard de votre peuple, mais vous avez prouvé que ces comportements discriminatoires étaient injustifiés. Le respect à l’endroit des Canadiens autochtones est attendu depuis longtemps.

Enfin, à cause de vous, je me suis demandé ce que je peux faire pour faire du Canada un meilleur endroit. Je fais partie d’une jeune génération dont les actions détermineront ce que sera le Canada de demain. Joseph, vos actions nobles m’inspirent et me poussent à me consacrer davantage à apporter des changements positifs au sein de ma collectivité.

Joseph Bernard Hill, un nom qui est gravé dans mon cœur. Aujourd’hui, je suis ici pour apprécier et respecter la vie que vous avez sacrifiée. Je suis ici pour vous remercier de m’avoir inspiré à partager le flambeau du souvenir.

En novembre 2016, j’ai visité les Mohawks de la baie de Quinte, où Joseph habitait, et j’ai fait don d’un estampage de la pierre tombale de Joseph, rapportant une partie de lui à la maison. À la suite de mon périple en prévision de la remise du Prix Vimy Beaverbrook, j’ai été stimulé par la flamme du souvenir, dans l’espoir de contribuer à la création d’un Canada meilleur pour tous.

(Lisez un article sur la visite d’Andrew au conseil – en anglais.)

Joseph Bernard Hill, né le 26 novembre 1895, fils de Joseph et de Bernadetta Hill, de Deseronto (Ontario). Il a reçu la Médaille militaire pour bravoure au champ en juillet 1917, qui portait la citation suivante : « Pour actes insignes de bravoure et dévouement au devoir à FARBUS le 3 mai 1917. Ce sous-officier, responsable des poseurs de lignes, a continué de patrouiller les lignes malgré les tirs d’obus intenses de l’ennemi. Non seulement il a supervisé la réparation des lignes, mais il a aussi transmis les messages de la brigade aux autres batteries dont les lignes étaient hors d’usage. Les lignes étaient constamment brisées, mais les communications n’ont jamais été perdues pendant plus de quelques minutes à la fois. Le cpl HILL, par sa splendide démonstration de courage et de sang­froid sous les tirs d’obus intenses, a donné un exemple magnifique aux hommes qui étaient sous ses ordres. » Tué le 30 septembre 1918.

Vous pouvez accéder a son dossier de service ici, grace à Bibliothèque et Archives Canada.

 

 

Nous embauchons : Coordonnateur (trice) des communications (Congé de maternité)

(CONGÉ DE MATERNITÉ, CONTRAT DU 12 JUILLET 2019 – 31 JUILLET 2020)

MANDAT DE L’ORGANISME
La Fondation Vimy, un organisme à but non-lucratif Montréalais reconnu mondialement, est à la recherche d’un Coordonnateur(trice) des communications pour un remplacement de congé de maternité (12 mois).

Le Coordonnateur (trice) des communications est à la tête de la planification et de l’implantation des stratégies de communication pour augmenter la visibilité de la Fondation au niveau local, régional et national.

Se rapportant directement au directeur général, le Coordonnateur (trice) des communications joue un rôle clé dans le support de l’organisme et est un membre intégral de l’équipe.

Salaire : 39 000 $ à 42 000 $ selon l’expérience.
Montréal, QC

La Fondation Vimy est un organisme caritatif enregistré depuis 2006. Sa mission est de préserver et promouvoir l’héritage et le symbole de la victoire de l’armée Canadienne à la bataille de la crête de Vimy en avril 1917 durant la Première Guerre mondiale. Pour en connaître plus, visitez notre site web :  fondationvimy.ca.

 

DESCRIPTION DU POSTE

Le Coordonnateur (trice) des communications à la charge du développement des stratégies médiatique imprimé et numérique, et des campagnes de communication intégrées pour les constituants de la fondation. Ceci ayant pour but de promouvoir la mission de la Fondation pour nos actionnaires, les membres de notre communauté, les jeunes, les medias et nos donateurs.

Il/Elle travaille étroitement avec le directeur exécutif, le gestionnaire des programmes et autres employées au sein de l’organisation pour créer des communications interne et externe et assurer que le contenu est affiché sur les divers canaux médiatiques.

 

EXPÉRIENCE DEMANDÉE
– Préparer et faire la présentation d’argumentaire pour des médias locaux, régionaux et nationaux.
– Capable de rédiger des textes au travers différentes plateformes incluant les médias sociaux, des textes imprimés et des médias numériques.
– Coordonner les médias sociaux et autres efforts de communications.
– Développer et mettre à jour le contenu du site web, et des différents canaux des médias sociaux.
– Développer des évènements spéciaux, les planifier et voir à leur bon déroulement sur place.
– Coordonner les publicités entre les plateformes numériques et imprimés
– Connaissances du processus de lever de fonds incluant faire une demande de subvention et créer des rapports de donateurs.

 

QUALIFICATIONS
– Bilinguisme (Anglais/Français)
– Minimum 2 ans d’expérience en communications, diffusion médiatique/réseautage, ou dans un environnement de planifications d’évènements.
– Fortes compétences à l’écrit
– Connaissance du portrait médiatique du Canada
– Capacité prouvée pour organiser et réaliser des évènements.
– Baccalauréat complété
– Intérêt pour la culture et l’histoire du Canada.
– Habilité à travailler dans un environnement rapide, dynamique et en changement constant.
– Excellentes aptitudes interpersonnelles
– Niveau de connaissance intermédiaire de la suite MS Office
– Expérience avec WordPress et autre CMS, Mailchimp, Google analytiques, Google Ads
– Capacité à gérer plusieurs tâches en même temps, et bon jugement pour déterminer ce qui est prioritaire.
– Capacité prouvée pour diriger de façon collaborative des processus qui inclus les actuaires, les membres du conseil pour développer, supporter et implanter des plans stratégiques.
– Capacité prouvée maintenir un rythme de travail efficace et constructif sous pressions.

 

SVP soumettre votre curriculum vitae et une lettre de motivation au vimy@fondationvimy.ca avant le lundi 24 juin, 11:59 EST. Nous remercions tous les candidats pour leur intérêt. Seuls les candidats sélectionnés pour une entrevue seront contactés.

Cet organisme est engagé à promouvoir l’équité dans ses procédures, ses pratiques et ses programmes. Nous supportons la diversité dans notre environnement de travail et s’assurons que les candidatures de personnes de groupes sous représenté soit considéré sous la politique d’équité d’emploi. Toutes personnes qualifiées sont encouragées à postuler.

 

Nous commémorons le jour J 75

Nous commémorons aujourd’hui le 75e anniversaire du jour J.

 

Au matin du jour J, le 6 juin 1944, une énorme force formée de troupes alliées traversa la Manche. Les Canadiens réussirent à capturer leurs positions riveraines à la plage Juno, mais la victoire était coûteuse : 359 soldats canadiens furent tués pendant les combats du jour J.

Chaque année, nos étudiants du Prix Vimy Beaverbrook ont l’occasion de visiter Juno Beach et son centre, le cimetière de Beny-sur-Mer et d’autres sites importants de la bataille de Normandie. Aujourd’hui, pour marquer cet important anniversaire, nous avons rassemblé certaines de leurs réflexions au fil des ans. (Remarque: les étudiants blogueront dans la langue de leur choix).

 

Similar to my experience at Vimy Ridge, Juno Beach was a unique and humbling experience. Building off of the success of the First World War, Canada was given increasingly important responsibilities climaxing with the contributions of Canadians in the landings on Juno Beach. It was truly humbling to walk along the sand that Canada had been trusted by the world to take; the sand that hundreds of Canadians had fallen on. Yet walking across the sand was strangely peaceful.

Meeting the locals and taking in the beauty of the area, it was to believe that a major battle was once fought here. The trenches, bunkers, beaches, mulberries in the harbour, all made for a sobering and meaningful experience.

– Adam Labrash, Saskatoon, Saskatchewan; Prix Vimy Beaverbrook 2016

C’était très intéressant de voir le débarquement du point de vue Canadien et d’en apprendre plus sur le long et rigoureux entrainement pour faire partie des forces Alliées. Ensuite, nous sommes allés au cimetière Canadien de Bény sur Mer, qui était magnifique. Là-bas, j’ai été très impressionné par deux épitaphes de Canadiens mort le Jour J et dans les jours suivant : « I have fulfilled my duty » et « All you had you gave to save mankind. Yourself you scorned to save your life ».

– Paul Toqueboeuf, Boulogne, France; Prix Vimy Beaverbrook 2017

An interesting moment was visiting the Beny-sur-mer cemetery because we were able to see how the epitaphs for the First and Second World Wars are different. What I found very interesting was how so many of the Second World War epitaphs were more personal, with fewer religious references, and often stated who had chosen the epitaph. This made me think about who headstones are really for. The deceased, or those they left behind. I also wondered about why the shift towards personal, familial epitaphs occurred.

– Sabrina Ashgar, Northwood, Middlesex, UK; Prix Vimy Beaverbrook 2017

As the sun rose halfway behind grey clouds on Juno Beach approximately 2.5 hours after we expected it, I stood hand in hand with my family, sang an off-key and sleep rough national anthem, and walked slowly up the pier, rocks clacking in our pockets. The boots of 14,000 soldiers walked behind us, marching us slowly into the morning light. No matter what happens, their light will sustain us. No matter what happens, we will face the hardship together. No matter what happens, we will love each other, wholly and unconditionally. And on days like these, it almost seems like that could be enough. Lest we forget.

– Rachel Bannerman, St. Catharines, ON; Prix Vimy Beaverbrook 2015

Aujourd’hui, nous avons visité plusieurs endroits historiques liés à la Bataille de Normandie. J’ai particulièrement apprécié le tour des bunkers, en plus de notre visite au Centre Juno Beach. Durant le tour des Bunkers, j’ai eu l’opportunité de voir ceux-ci en personne, c’était impressionnant de se trouver où les soldats allemands commandaient et observaient l’ennemi, car je pouvais voir des sites historiques ayant bravés le temps. J’ai également été surprise d’apprendre qu’un des bunkers avait été découvert récemment, il y a environ 8 ans. Apprendre cela m’a fait réfléchir: si les humains découvrent encore, de nos jours, des objets et lieux historiques, allons-nous continuer à en retrouver ? Pour moi, voir des représentations visuelles des évènements historiques de cet endroit était plus touchant que lire de l’information sur le sujet, puisque je pouvais me mettre momentanément dans la peau des soldats durant la Bataille de Normandie et ainsi imaginer ce qu’il aurait pu vivre à l’époque.

– Laetitia Champenois Pison, Montreal QC; Prix Vimy Beaverbrook 2018

It was an amazing experience to be on the beach and see the geography of it all. It made it much clearer in my mind. I’ve seen pictures hundreds of times but nothing can compare to seeing it in real life.

– Cassidy Choquette, Steinbach MB; Prix Vimy Beaverbrook 2018

There is a post with the name and home town of all of the soldiers who died on Juno Beach on June 06, 1944. As we walked amongst the names, we were all struck by the realization that we recognized a lot of the town names from home, and it was not just big cities represented, but small towns as well. The soldiers who stormed that beach 70 years ago came from across Canada, as did the youth in this delegation today. If we learned nothing else about the war today, it would have been that soldiers came from everywhere, and communities large and small would have felt the devastation of loss in the fight to bring democracy to the world.

– Loralea Wark, Whitehorse, YK; Prix Vimy Beaverbrook 2014

 

Plus d’info:

Centre Juno Beach

Anciens Combattants Canada