28 mars – 1 avril 1918 – Les émeutes de la conscription de Québec
Une action centenaire

L’élection de 1917 et la controverse entourant la Loi du Service Militaire créent un clivage entre les Canadiens et divisent sans doute la psyché nationale.
Mention : Canada. Ministère de la défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-005076.

En ce jour en 1918, des émeutes contre la conscription éclatent dans la ville de Québec la veille du Vendredi saint. Les perturbations commencent lorsque des officiers fédéraux sont agressés par la foule après avoir arrêté un jeune homme qui ne porte pas son certificat d’exemption. La foule finit par faire relâcher le jeune homme, mais les émeutes se poursuivent et s’intensifient pendant la fin de semaine de Pâques. Les émeutiers se livrent à des pillages et incendient le bureau d’inscription au service militaire de la ville de Québec.

Le 1er avril, les émeutes atteignent leur paroxysme lorsque des émeutiers bombardent de nouveau des soldats avec de morceaux de glace, des briques et des projectiles improvisés. Les émeutiers armés se mettent également à tirer sur les soldats et en blessent quelques-uns. Les soldats reçoivent l’ordre de riposter avec leurs fusils et leurs mitrailleuses et tuent et blessent un plus grand nombre d’opposants. Malgré l’escalade rapide du conflit, l’ordre est rétabli avant une heure du matin. Les émeutes de la conscription à Québec sont terminées.

(Voir Nicholson, Canadian Expeditionary Force, 1914-1919, p. 347-348).