Le fort de Beaumont menacé

Vestiges du fort de Beaumont. Vue arrière latérale de la structure ouest. – Pierre Lefebvre 2013, © Société historique de Bellechasse.

Ce qui reste du fort de Beaumont, deux casemates et un abri à munitions fortifié, demeurent en 2021, les seuls et derniers témoins visuels de la Première Guerre mondiale en sols québécois et canadien.

Sauvés in extremis de la destruction en 2014, puis protégés par la municipalité de Beaumont en vertu de la Loi sur le Patrimoine culturel (Régime de citation municipale), ils sont inscrits au Répertoire du patrimoine culturel du Québec, et voilà que leur avenir est à nouveau menacé par les élus de cette municipalité. Lors de leur séance du 2 août 2021, ces derniers ont adopté deux résolutions : une visant à lever la protection accordée aux deux casemates, la seconde visant à céder à un promoteur immobilier l’espace parc public où elles se trouvent. Étonnamment, sans même attendre l’adoption de ces résolutions du conseil, le promoteur annonçait déjà bien avant, dans son prospectus, que ces terrains étaient disponibles pour achat et construction.

Lisez notre communiqué en entier, publié conjointement avec le GIRAM, ici.

Les vestiges du Fort de Beaumont sont cités dans le Répertoire du patrimoine culturel du Québec.