La Journée Nationale des Autochtones

Pendant la Première Guerre mondiale des milliers de soldats Autochtones ont servi dans le Corps expéditionnaire canadien. 

À l’instar de la majeure partie des Canadiens, de nombreux Autochtones ont servi dans l’infanterie dans le Corps expéditionnaire canadien (CEC). Le rôle militaire des Autochtones a été influencé par leur adresse de chasseurs et leurs compétences militaires ainsi que par les préjugés raciaux des officiers du recrutement et des chefs militaires. De nombreux Autochtones ont été des tireurs d’élite ou des éclaireurs de reconnaissance : ces fonctions figurent parmi les plus dangereuses des forces militaires. D’autres ont servi dans des unités d’appui dans le CEC, y compris les troupes des chemins de fer, les compagnies de creusement de tunnels et les unités des forêts.

Malgré la camaraderie proche avec les soldats non-Autochtones, leur retour au Canada fut gangrené par le traitement inégal et la marginalisation. En 1919, le lieutenant F.O. Loft, un ancien combattant des Six Nations qui avait servi avec le Corps forestier canadien pendant la guerre, a fondé la première organisation politique du pays qui s’adressait à tous les Autochtones, la Ligue des Indiens du Canada. La Ligue avait pour but d’améliorer les conditions dans les réserves et on croyait alors qu’une position unifiée s’articulant autour d’une organisation politique pouvait contester la Loi sur les Indiens qui régissait les vies des Autochtones.

Lisez son dossier du personnel sur le site du Bibliothèque et Archives Canada.

Apprenez-en davantage sur les contributions des Autochtones à la Première Guerre mondiale.

 

Mention : Canada. Le ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-007439. 

 

Le parc patrimonial Borden

Fondée en 1916, la Base des Forces canadiennes Borden a formé près de cinquante mille soldats en service dans le Corps expéditionnaire canadien. Pour bon nombre de ces soldats, le baptême du feu est survenu pendant la bataille d’Arras, et plus particulièrement la bataille de la crête de Vimy. La sculpture commémorative du clairon est généreusement offerte par la Base des Forces canadiennes Borden (BFC Borden).

En 2016, la BFC Borden a célébré son centenaire et, grâce au partenariat durable de la Base, de la Ville de Barrie et des collectivités environnantes, le monument commémoratif de Borden a été érigé pour souligner l’occasion. Dévoilé le 9 juin par le Premier ministre Trudeau lors de notre cérémonie avec la participation de M. Frédéric Leturque, maire d’Arras.

Le projet patrimonial de Borden a débuté en 2014 et, en juin 2015, un volume de sol sacré a été retiré du champ de bataille de la crête de Vimy et rapatrié au Canada. Ce sol contient de façon symbolique l’ADN de tous ceux qui sont morts ou ont été blessés lors de la bataille de 1917.

C’était l’une des étapes importantes de la création du parc patrimonial Borden, trois pièces distinctes qui servent à commémorer notre passé et à inspirer l’avenir. Tout d’abord, un mur de granit blanc et noir, un hommage et une inspiration pour chacun des membres des Forces armées canadiennes qui franchissent nos portes. Gravé dans le mur principal, il s’agit d’un puissant hommage à tous les membres actuels et passés des Forces armées canadiennes : Ces portes sont franchies par les fils et les filles d’une nation reconnaissante envers ceux qui ont servi le Canada avec honneur, courage et un grand sens du devoir afin que nous puissions tous jouir de la liberté, de la démocratie et de la justice.

Le mur contient également une urne dans laquelle le sol sacré est gardé. La promesse du général Sir Arthur Currie à ses troupes, gravée dans le mur, se lit comme suit : « À ceux qui sont tombés, je dis : vous ne mourrez pas, mais vous plongerez dans l’immortalité. Vos mères ne pleureront pas votre destin, mais seront fières d’avoir mis au monde de tels fils. Vos noms seront vénérés pour toujours par votre pays reconnaissant, et Dieu vous conduira dans son sein. »

La deuxième partie du parc consiste en tranchées restaurées de la Première Guerre mondiale qui ont servi à former les soldats de l’infanterie avant leur départ vers le front occidental. Connectées au mur patrimonial par un court sentier boisé, ces tranchées rappellent l’importance de l’entraînement et les conditions de la Première Guerre mondiale.

Enfin, un clairon en bronze est installé dans le parc, appelant ses compagnons et les visiteurs au monument. Il appelle aussi les tranchées désormais vides où les soldats étaient formés avant leur départ pour l’étranger.

Pour célébrer le 100e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy, un second clairon a été réalisé et sera donné à la Fondation Vimy, qui l’installera à l’ombre du magnifique monument de Walter Allward. Le clairon identique se trouve actuellement à l’Hôtel de ville d’Arras.

 

La sculpture commémorative du clairon