#100JoursdeVimy – 09 février 2017

Chaque jeudi, la Fondation Vimy partagera un concours sur les médias sociaux: Facebook, Instagram et Twitter!

En 2014, le Musée canadien de la guerre a lancé l’exposition itinérante Témoin — Art canadien de la Première Guerre mondiale. Cette année, l’exposition se rendra à Arras pour le 100 e anniversaire de la bataille de la crête de Vimy et d’Arras. Quelques œuvres de l’exposition peuvent être vues en suivant le lien ci-dessous. Que vous ayez ou non vu l’exposition, quelle est votre œuvre d’art de la Première Guerre mondiale préférée? http://www.museedelaguerre.ca/temoin/

«Chambre à gaz Seaford» par F. H. Varley, qui s’est enrôlé parmi les artistes canadiens de la guerre avec son compatriote du Groupe des sept, A. Y. Jackson.
Peinture de Frederick Horsman Varley, Collection d’art de guerre Beaverbrook/CWM 19710261-0772.

Directives :

Vous devez faire un commentaire avant 23h59 le jeudi 09 février avec un réponse. Seulement une soumission est permise par compte par plateforme (c’est-à-dire si vous avez un compte sur Facebook et Twitter vous pouvez entrer deux fois, vous ne pouvez pas soumettre deux réponses à travers Facebook qui comptent comme deux entrées). Un(e) gagnant(e) sera choisi au hasard de toutes les participations admissibles reçues pendant la période sur toutes les plateformes. Le gagnant sera contacté le vendredi 10 février 2017! Ces concours ne sont pas parrainés par Facebook, Instagram, ou Twitter.

#100JoursdeVimy – 08 février 2017

Chaque mercredi, nous mettrons en vedette les femmes de la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui: L’Ordre impérial des filles de l’Empire.

L’Ordre impérial des filles de l’Empire (IODE) est une organisation de femmes mise sur pied par la Canadienne Margaret Polson Murray, de Montréal, en 1900. Établie durant la seconde guerre des Boers de 1899 à 1902, l’IODE a d’abord servi de groupe de soutien pour les soldats déployés outre-mer, fournissant de l’aide humanitaire et s’occupant des personnes à charge dans le cas ou un soldat était tué. Durant la Première Guerre mondiale, les membres de l’IODE ont envoyé des colis aux troupes, organisé des campagnes de collecte de fonds de bons de la Victoire et ont opéré des cantines au front intérieur. Après la guerre, l’IODE s’est affairée à commémorer les sacrifices de la guerre et ses disparus. L’organisation a accompli des tâches similaires durant la Deuxième Guerre mondiale et, aujourd’hui, elle se concentre sur les services sociaux, la philanthropie et des initiatives éducatives. 

Le Bal de la Rose de l’Ordre impérial des filles de l’Empire, tenu à l’hôtel King Edward, à Toronto, le 28 février 1911. Il s’agissait probablement d’une collecte de fonds pour des initiatives de l’IODE, ou possiblement pour les vétérans de la seconde guerre des Boers de 1899 à 1902.
Crédit: Canada. Bureau des brevets et des droits d’auteur, Bibliothèque et Archives Canada.

#100JoursdeVimy – 07 février 2017

Chaque mardi, nous mettrons en vedette une place au Canada (ou international) avec une connexion à la crête de Vimy.

Tout comme en 1917, nommer des endroits publics en l’honneur de la bataille de la crête de Vimy demeure un geste populaire au Canada. En 2014, un nouveau pont traversant la rivière des Outaouais à Ottawa a été nommé le «pont commémoratif de Vimy», suite à la suggestion faite par des branches locales de la Légion royale canadienne.

#100JoursdeVimy – 06 février 2017

Chaque lundi, nous partagerons une biographie d’un soldat de la Première Guerre mondiale avec une connexion à Vimy. Aujourd’hui, nous honorons le brigadier-général Alexander Ross.

Il avait six ans lorsque sa famille a immigré de l’Écosse à Silton, en Saskatchewan. Un membre de la milice de l’avant-guerre, Ross a servi comme officier de recrutement en 1914. Une fois en France, Ross a commandé le 28e Bataillon (Northwest) de 1916 à 1918. Après la guerre, Ross est retourné à la pratique de la loi, étant nommé juge du district de Yorkton. Il a été une figure importante de la Légion royale canadienne, servant à titre de président du Dominion pendant quatre ans et menant le pèlerinage de Vimy de 1936.

Ross est peut-être mieux connu pour sa déclaration au sujet de la bataille de la crête de Vimy, faite en 1967 lors du 50e anniversaire de la bataille : «Le Canada défilait, de l’Atlantique au Pacifique. J’ai pensé alors, et je crois toujours que dans l’espace de ces quelques minutes, j’ai été témoin de la naissance d’une nation.»

 

Ross et d’autres dignitaires descendant les marches du mémorial lors de son dévoilement en 1936. Ross est dans la deuxième rangée, s’adressant à Sa Majesté, le roi Edward VIII. Crédit : Office national du film du Canada. Photothèque/Bibliothèque et Archives Canada/PA-183542.
Ross et d’autres dignitaires descendant les marches du mémorial lors de son dévoilement en 1936. Ross est dans la deuxième rangée, s’adressant à Sa Majesté, le roi Edward VIII. Crédit : Office national du film du Canada. Photothèque/Bibliothèque et Archives Canada/PA-183542.

#100JoursdeVimy – 05 février 2017

Chaque dimanche, nous partagerons une histoire du Souvenir.

Lorsque Will R. Bird a visité la crête de Vimy pour le magazine Maclean’s en 1932, le travail de Walter Allward sur le Mémorial national du Canada à Vimy était déjà avancé, ayant débuté en 1925. Le progrès du mémorial avait été lent et fastidieux, puisque Allward et son équipe faisaient face aux mêmes périls auxquels Bird avait dû faire face lors de sa tournée des tranchées.

Le terrain étant jonché de grenades et d’obus non explosés, d’armes et de fils rouillés, 100 000 verges de terre avaient dû être enlevées à la main afin de le préparer à recevoir la base du monument. D’autres reliques de la guerre, les souterrains et les tunnels, avaient dû, lorsque découverts, être vidés des munitions explosives qui y étaient souvent emmagasinées, et remplis de craie mouillée ou de ciment. De trouver ces cavernes souterraines sous la base du monument était crucial, puisque le monument allait peser, au total, 50 000 tonnes.

Plus a venir la semaine prochaine!

 

Des ouvriers construisent la fondation de la base du mémorial de Vimy. Crédit : Canada - Anciens Combattants Canada/Bibliothèque et Archives Canada/e002852545
Des ouvriers construisent la fondation de la base du mémorial de Vimy. Crédit : Canada – Anciens Combattants Canada/Bibliothèque et Archives Canada/e002852545

#100JoursdeVimy – 04 février 2017

Chaque samedi, nous partagerons quelques réflexions de nos anciens participants sur l’impact de leur visite à la crête de Vimy et d’autres sites de la Première Guerre mondiale.

Jocelyn Davis était un récipiendaire du prix du Pèlerinage de Vimy en 2013. Surpris par l’énorme différence entre les cimetières de guerre allemands et du Commonwealth, Jocelyn a par la suite affirmé :

«Je savais vaguement à quoi m’attendre des cimetières du Commonwealth; mais j’ai cependant été très affecté par ma découverte des cimetières allemands. Je me rappelle m’être promené dans une pluie brumeuse parmi un nombre incalculable de rangées de croix grises, frappé par le fait que quatre hommes reposaient sous chaque croix. Pendant des jours, j’ai essayé de m’imaginer les conditions incroyablement horribles auxquelles ces soldats avaient été assujettis, allant de la présence de rats, à la maladie du pied des tranchées. Les cimetières allemands, avec leur lugubre froideur uniforme, m’ont aidé à mieux comprendre la misère largement répandue durant la Première Guerre mondiale. Cette nouvelle compréhension m’a aidé à mieux absorber chaque récit, chaque morceau d’information jusqu’à ce qu’ils soient vraiment assimilés. Mes expériences lors du Pèlerinage de Vimy m’accompagneront à jamais.»

 

Le contraste saisissant entre les pierres tombales des cimetières allemands et de ceux du Commonwealth a frappé le participant au Pèlerinage de Vimy Jocelyn Davis.        Photo 1 - Les étudiants avec la Fondation Vimy au cimetière du Commonwealth de Tyne Cot. Crédit : Andrew Yin                
Le contraste saisissant entre les pierres tombales des cimetières allemands et de ceux du Commonwealth a frappé le participant au Pèlerinage de Vimy Jocelyn Davis.      
Photo 1 – Les étudiants avec la Fondation Vimy au cimetière du Commonwealth de Tyne Cot. Crédit : Andrew Yin

 

 

 

Feb 04 - Tiffany Quon Neuville St. Vaast
Tiffany Quon, gagnante du prix du Pèlerinage de Vimy au cimetière de guerre allemand Neuville St. Vaast. Crédit : La Fondation Vimy / Pascal Brunet.

 

#100JoursdeVimy – 03 février 2017

Chaque vendredi, nous revisitera un sondage intéressant. Comment vous comparez-vous aux autres Canadiens? Voir les résultats de sondages précédents ici: (http://www.fondationvimy.ca/apprendre/resultats-des-sondage/)

De 2014 à 2018, le Canada et d’autres pays partout au monde soulignent le 100e anniversaire de plusieurs événements marquants de la Première Guerre mondiale. Cependant, un sondage effectué en avril 2015 a découvert que la plupart des Canadiens ne sont pas complètement au courant de ces anniversaires importants. Quatre Canadiens sur dix (44 %) affirment qu’ils sont «au courant des anniversaires du centenaire de moments importants de la Première Guerre mondiale à venir, donc celui du poème Au champ d’honneur de John McCrae, de la bataille d’Ypres, de la bataille de la crête de Vimy, etc.». Cependant, une majorité de répondants (56 %) affirment ne pas être au courant de ces événements importants.

#100JoursdeVimy – 02 février 2017

Chaque jeudi, la Fondation Vimy partagera un concours sur les médias sociaux : Facebook, Instagram et Twitter!

La semaine dernière nous avons appris qu’environ 29 % des Canadiens sont les descendants d’un ancêtre qui a servi au cours de la Première Guerre mondiale. Cette semaine nous vous demandons de partager votre lien personnel à la guerre. Partagez une photo d’un membre de votre famille ou d’un autre souvenir et expliquez leur participation pendant la Première Guerre mondiale

Afin de s’assurer que les histoires des soldats canadiens de la Première Guerre mondiale ne soient jamais oubliées, la Fondation Vimy travaille à partager leur patrimoine avec les jeunes. Cette semaine, les prix comprennent d’excellents livres pour les jeunes lecteurs : From Vimy to Victory de Hugh Brewster et Grandpa’s Gift de Yasmin Thorpe.

Directives :

Vous devez faire un commentaire avant 23h59 le jeudi 02 février avec un réponse. Seulement une soumission est permise par compte par plateforme (c’est-à-dire si vous avez un compte sur Facebook et Twitter vous pouvez entrer deux fois, vous ne pouvez pas soumettre deux réponses à travers Facebook qui comptent comme deux entrées). Un(e) gagnant(e) sera choisi au hasard de toutes les participations admissibles reçues pendant la période sur toutes les plateformes. Le gagnant sera contacté le vendredi 03 février 2017! Ces concours ne sont pas parrainés par Facebook, Instagram, ou Twitter.