#100JoursdeVimy – 19 février 2017

Chaque dimanche, nous partagerons une histoire du Souvenir. 

En raison de la difficulté que représente le transport de si grandes dalles de pierre, ainsi qu’en raison de la longue route à parcourir, le premier envoi de pierre calcaire de type Seget choisie par Allard n’est pas arrivé en France avant 1927. Dans un effort de garder ses ouvriers occupés, dont plusieurs étaient des vétérans français et britanniques, le Major Unwin Simson, ingénieur de l’armée canadienne, a décidé de préserver une section des lignes des tranchées qui se détérioraient tranquillement depuis 1918. Les ouvriers ont renforcé les lignes allemandes et canadiennes près du groupe de cratères Grange en remplissant de béton des sacs de sable et en réaménageant les murs des remparts. Une partie du souterrain Grange a aussi été excavée, une entrée en béton coulée, et de l’éclairage électrique installé. La chance de pouvoir aujourd’hui vivre l’expérience de ces tranchées et tunnels préservés au Mémorial national du Canada à Vimy est due en grande partie aux efforts du Major Simson.

 

Les gagnants du prix Pèlerinage de Vimy 2015 descendant dans les tunnels de la Maison Blanche, près de la crête de Vimy, courtoisie du Groupe Durand.
Crédit : La Fondation/Marc Cayez.

 

Les gagnants du prix Pèlerinage de Vimy 2015 dans les tunnels de la Maison Blanche, courtoisie du Groupe Durand.
Crédit : La Fondation/Marc Cayez

#100JoursdeVimy – 18 février 2017

Chaque samedi, nous partagerons quelques réflexions de nos anciens participants sur l’impact de leur visite à la crête de Vimy et d’autres sites de la Première Guerre mondiale.

Crédit: Hicham El Bayadi, 2015 prix du Pèlerinage de Vimy – cimetière Beechwood à Ottawa, ON.

Dans le cadre de la semaine Vimy : Le passage pour l’autonomie du Canada de la Fondation Vimy, chez Rencontres du Canada, les étudiants ontparticipé à une veillée à la chandelle au cimetière Beechwood à Ottawa (le cimetière comprend les tombes de 212 victimes du Commonwealth de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale). En écrivant au sujet de la veillée, Molly a affirmé : «Notre cérémonie dans le cimetière a eu énormément d’effet sur moi et m’a ouvert les yeux; la tombe sur laquelle je me tenais était celle d’une personne de 17 ans, soit l’âge de plusieurs de mes amis, et cela a donc été très difficile pour moi d’imaginer l’un d’entre eux se battant et mourant pour notre pays à un si jeune âge.»

Crédit: Hicham El Bayadi, 2015 prix du Pèlerinage de Vimy – cimetière Beechwood à Ottawa, ON.

#100JoursdeVimy – 17 février 2017

Chaque vendredi, nous revisitera un sondage intéressant. Comment vous comparez-vous aux autres Canadiens? Voir les résultats de sondages précédents ici: (http://www.fondationvimy.ca/apprendre/resultats-des-sondage/)

Alors que le monde entier souligne des centenaires importants de la Première Guerre mondiale, un peu plus de la moitié (52%) des Canadiens croient que le Canada en fait assez pour marquer le 100e anniversaire de la Première Guerre mondiale, alors que l’autre moitié (48%) des Canadiens sont en désaccord, selon un sondage mené en novembre 2016. Malgré le fait que 52% croient que le Canada en fait assez pour la commémoration, seulement un quart (25%) des Canadiens affirment avoir participé à une cérémonie du Souvenir au cours des 12 derniers mois.

#100JoursdeVimy – 16 février 2017

Chaque jeudi, la Fondation Vimy partagera un concours sur les médias sociaux : Facebook, Instagram et Twitter!

En janvier, nous avons demandé aux gens qui nous suivent sur les médias sociaux de partager avec nous leur œuvre de non-fiction préférée à propos de la Première Guerre mondiale. Plusieurs œuvres de fiction ont aussi été inspirées de la Première Guerre mondiale. Y a-t-il un livre de fiction qui vous a inspiré?

Directives :
Vous devez faire un commentaire avant 23h59 le jeudi 16 février avec un réponse. Seulement une soumission est permise par compte par plateforme (c’est-à-dire si vous avez un compte sur Facebook et Twitter vous pouvez entrer deux fois, vous ne pouvez pas soumettre deux réponses à travers Facebook qui comptent comme deux entrées). Un(e) gagnant(e) sera choisi au hasard de toutes les participations admissibles reçues pendant la période sur toutes les plateformes. Le gagnant sera contacté le vendredi 17 février 2017! Ces concours ne sont pas parrainés par Facebook, Instagram, ou Twitter.

Le roman de 1929 d’Ernest Hemingway « L’Adieu aux armes » s’inspire par ses propres expériences en tant que conducteur d’ambulance en 1918 pour la Croix-Rouge en Italie.

#100JoursdeVimy – 15 février 2017

Chaque mercredi, nous mettrons en vedette les femmes de la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui : 

l’Association des jeunes femmes chrétiennes (YWCA)

Semblable à l’Ordre impérial des filles de l’Empire, l’Association des jeunes femmes chrétiennes (YWCA) s’affairait à envoyer des colis aux troupes outre-mer et à amasser des fonds pour des obligations de guerre. En raison des mesures de guerre extraordinaires, le gouvernement canadien avait fait une demande inhabituelle : l’aide des organismes de charité dans l’administration de l’effort de guerre. Suite à cela, la YWCA a entrepris des tâches comme l’aide à la recherche de logement pour les femmes travaillant dans la fabrication de munitions (puisqu’elles devaient souvent être relocalisées afin de répondre aux demandes de l’effort de guerre). La YWCA a aussi établi et supervisé des camps d’agriculture féminins pour les ouvrières qui déménageaient à la campagne afin de travailler dans les champs. Après la guerre, la YWCA a fourni de l’aide aux épouses de guerre qui arrivaient du Royaume-Uni.

La YWCA aurait aidé à organiser des collectes de fonds comme la campagne des emprunts de la Victoire de 1917, durant laquelle le char d’assaut britannique Mark IV Britannia a défilé le long de la rue Sherbrooke à Montréal et a écrasé une voiture sur la rue Université à Toronto.
Crédit : Canada. Ministère de la Défense nationale / Bibliothèque et Archives Canada / PA-022763.

 

Crédit : Archives de la ville de Toronto, Fonds 1244, Item 733.

#100JoursdeVimy – 14 février 2017

Chaque mardi, nous mettrons en vedette une place au Canada (ou international) avec une connexion à la crête de Vimy.

La semaine dernière, nous avons fait la connaissance de l’Ordre impérial des filles de l’Empire (IODE), une organisation de femmes qui s’affairaient à prendre soin des troupes outre-mer et d’amasser des fonds pour l’effort de guerre au front intérieur. Dans les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale, l’IODE s’est efforcée de faire en sorte que les sacrifices des troupes du Commonwealth allaient être commémorés dans leurs collectivités. Au Canada, l’IODE a défendu la création des Chemins du Souvenir (Roads of Remembrance). Plus connues sou le nom d’Avenues du Souvenir, elles devaient rappeler les routes bordées d’arbres de la France rurale, vues par les Canadiens durant leur séjour outre-mer. La rue la plus droite d’une communauté était choisie, puis des arbres étaient plantés de chaque côté dans une symétrie parfaite. Chaque arbre était alors dédié spécifiquement à un soldat tombé durant la Première Guerre mondiale à l’aide d’une plaque de bronze. On croit aujourd’hui que la seule Avenue du Souvenir qui a à ce jour gardé son intégrité originale est la Next of Kin Memorial Avenue, à Saskatoon, en Saskatchewan. C’est pour cette raison qu’elle a été nommée comme site historique national du Canada.

L’avenue commémorative Next-of-Kin, bordée d’arbres, à Saskatoon, en Saskatchewan. Crédit : Agence Parcs Canada, 2003.

#100JoursdeVimy – 13 février 2017

Chaque lundi, nous partagerons une biographie d’un soldat de la Première Guerre mondiale avec une connexion à Vimy. Aujourd’hui, nous honorons:

Francis Pegahmagabow, MM avec les Deux Barrettes.

Francis Pegahmagabow, MM avec les Deux Barrettes, était un Ojibwa de la bande Parry Island en Ontario. Orphelin dès le jeune âge de 12 ans, il a travaillé dans des campements de bûcherons et dans des stations de pêche. Pegahmagabow s’est enrôlé le 14 août 1914 au sein du 23 e Bataillon (Northern Pioneers). Transféré dans le 1 er Bataillon (Western Ontario), il est arrivé en France en février 1915. Au front, on a attribué à «Peggy», comme ses confrères soldats le surnommaient, le meurtre de 378 soldats ennemis, et la capture de 300 autres. Survivant à la guerre, il a servi dans pratiquement toutes les batailles majeures du Corps Expéditionnaire Canadien. Ses exploits sur les champs de bataille sont devenus légendaires, et Pegahmagabow a été l’un de seulement 39 Canadiens à recevoir une seconde barrette de la Médaille Militaire. Après son retour à la maison, «Peggy» est devenu grandement impliqué dans les politiques des Premières Nations, servant éventuellement comme chef et conseiller de bande pour la bande de Parry Island. En 1943, il est devenu le chef suprême du gouvernement autochtone indépendant, l’une des premières institutions des Premières Nations. En 2016, une statue grandeur nature de Pegahmagabow a été érigée à Parry Sound en hommage au soldat le plus décoré des Premières Nations et le tireur d’élite le plus mortel de la Première Guerre mondiale.

Francis Pegahmagabow, en uniforme, avec ses médailles. Complètement à la gauche, on peut voir la Médaille Militaire avec les Deux Barrettes.
Crédit: Hayes, Adrian. Pegahmagabow: Legendary Warrior, Forgotten Hero (éd.2003). Fox Meadow Creations.
Certificat de mariage de Francis et Eva Pegahmagabow en 1919.
Crédit: Courtoisie de Ancestry.ca.

#100JoursdeVimy – 12 février 2017

Chaque dimanche, nous partagerons une histoire du Souvenir. 

Le processus du concours pour les mémoriaux de la Première Guerre mondiale du Canada a été supervisé par la Commission des monuments commémoratifs canadiens érigés sur des champs de bataille. Au total, 160 ont été soumis, et 17 ont été choisis pour une étude plus approfondie. Bien que sa conception ait été choisie en 1921, Walter Allward n’avait alors pas encore décidé quel type de pierre il désirait utiliser pour le mémorial. Lorsqu’il a reçu l’approbation de la commission, Allward s’est lancé dans un voyage de deux ans pour trouver la pierre souhaitée. Dans une vieille carrière romaine en Yougoslavie, Allward a trouvé ce qu’il désirait : la pierre calcaire de type Seget. Six mille tonnes de cette pierre allaient être envoyées par voie maritime jusqu’à Venise, où elles seraient ensuite transférées par voie ferroviaire jusqu’en France. La statue nommée Le Canada en deuil a été taillée dans un seul bloc pesant vingt-huit tonnes.

Moules de plâtre des 17 conceptions des mémoriaux, avec le Mémorial national du Canada à Vimy au fond. Complètement à la droite se trouve Le soldat en méditation, conçu par F.C. Clemesha, un vétéran canadien du 46 e (South Saskatchewan), la seule autre soumission à avoir finalement été construite. Arrivé en deuxième position après la conception d’Allward, Le soldat en méditation a été choisi comme monument commémoratif de la deuxième bataille d’Ypres. Malgré sa petite taille, en comparaison avec le monument de Vimy, l’impact émotionnel du Soldat en méditation a poussé la commission à annuler ses plans d’érection de reproductions de la statue, afin de ne pas diminuer son effet profond. Crédit: Compétition CBMC. Anciens Combattants Canada Canada.
Étant finalement arrivés sur le site, les blocs de calcaire de type Seget ont été placés en ordre d’installation. Ici, le champ de travail peut être aperçu, avec la base du Mémorial national du Canada à Vimy en arrière-plan.
Crédit: W. et M. le Chat. Musée des beaux-arts du Canada.

#100JoursdeVimy – 11 février 2017

Chaque samedi, nous partagerons quelques réflexions de nos anciens participants sur l’impact de leur visite à la crête de Vimy et d’autres sites de la Première Guerre mondiale.

En avril 2016, Keaton McLean a participé à la semaine Vimy: passage pour l’autonomie du Canada à Ottawa. En réfléchissant à son expérience, Keaton a écrit: «Participer à la semaine Vimy: la semaine du passage pour l’autonomie du Canada m’a fait réaliser à quel point je suis privilégié de vivre dans ce pays, et cela m’a rendu encore plus reconnaissant envers ce que des braves hommes et femmes ont fait pour
nous il y a si longtemps.»

#100JoursdeVimy – 10 février 2017

Chaque vendredi, nous revisitera un sondage intéressant. Comment vous comparez-vous aux autres Canadiens? Voir les résultats de sondages précédents ici:(http://www.fondationvimy.ca/apprendre/resultats-des-sondage/)

Comme dénoté dans notre sondage la semaine dernière, des anniversaires commémoratifs du centenaire de moments importants de la Première Guerre mondiale ont lieu partout dans le monde depuis 2014, et se continueront jusqu’à la fin de 2018. À la lumière de ces nombreux événements, un sondage tenu en novembre 2016 a révélé qu’un quart (25%) des Canadiens affirment avoir assisté à une cérémonie du Souvenir dans les 12 derniers mois, soit un nombre plus important que les habitants de la Grande-Bretagne (18%), des États-Unis (16%), de la Belgique (14%), de la France (11%) et de l’Allemagne (4%) qui affirment avoir fait de même.