Batailles canadiennes de la PGM

De 2014 à 2018, nous commémorons le centième anniversaire de la Première Guerre mondiale. 100 ans plus tard, la Fondation Vimy travaille activement à assurer qu’on se souvienne des grandes batailles de la Première Guerre mondiale impliquant les Canadiens et qu’on commémore nos pertes.

Mai et juin 1915 – Festubert et Givenchy

Juin 1916 – Bataille de Mont Sorrel

1er juillet 1916 – Beaumont Hamel

15 à 22 septembre 1916 – Courcelette

26 septembre 1916 – La bataille de la crête de Thiepval

1 octobre – 11 novembre 1916 – la tranchée Regina

9 au 12 avril 1917 – Bataille de la Crête de Vimy

14 avril 1917 – Monchy-le-Preux

28 au 29 avril 1917 – Arleux-en-Gohelle

3 au 8 mai 1917 – Fresnoy

 

Nous nous souviendrons d’eux.

 

Aidez-nous à poursuivre notre travail pour mettre en évidence les batailles de la Première Guerre mondiale du Canada et commémorer ces anniversaires importants. S’il vous plaît, faites un don aujourd’hui pour nous soutenir.

Parc de Vimy

Mise à jour : le 1 dec 2016

La Ville de Montréal a publié une déclaration sur le nouveau Place de Vimy. Il sera construit en deux étapes au printemps 2017 et la ville contribuera 500 000 $ pour la rénovation et la construction du parc. Lisez les détails complets ici.

Mise à jour : le 22 juin 2016

Le 21 juin 2016, le Conseil municipal de Montréal a voté pour changer le nom du parc Vimy pour celui du parc Jacques Parizeau. La Fondation Vimy est déçue par cette action prise par la Ville et surprise qu’à peine un an avant les célébrations du 100e anniversaire de la bataille, Montréal choisisse d’effacer le nom de Vimy du parc. Une grande ville historique comme Montréal devrait contribuer à la mémoire collective de notre nation plutôt que de cultiver sa propension à l’amnésie historique.

Le maire Coderre, cependant, est engagé à attribuer le nom de Vimy à un autre parc de Montréal à temps pour le 100e anniversaire de cette importante bataille, le 9 avril 2017. La Fondation Vimy est encouragée par le soutien manifesté par les gens de Montréal, ses conseillers municipaux ainsi que d’autres organisations pour cette nouvelle initiative et nous sommes impatients de travailler avec la Ville de Montréal et le maire Coderre, afin de veiller à ce que le nouveau parc Vimy, honorant l’héritage des milliers de québécois et d’autres Canadiens qui ont combattu pendant la Première Guerre mondiale, est situé là où les Montréalais et les visiteurs peuvent facilement payer leurs respects et méditer sur les sacrifices de ceux qui ont combattu pour notre liberté.

– Christopher Sweeney, président, Fondation Vimy

Le 16 juin 2016

La Fondation Vimy encourage vivement la Ville de Montréal et l’arrondissement d’Outremont à revenir sur leur décision de supprimer le nom « Vimy » du Parc de Vimy, à Outremont. 60,000 Canadiens, d’un océan à l’autre, se sont battus et sont morts durant la Première Guerre mondiale. La bataille de Vimy est largement considérée comme le moment décisif dans cette guerre et dans l’histoire collective de notre nation. Vimy reste par ailleurs notre jour le plus sanglant, avec près de 4,000 victimes et 8,000 blessés.

Nous trouvons déplorable que Montréal ait choisi d’effacer le nom de Vimy du parc, à peine un an avant les célébrations du 100e anniversaire de la bataille, un événement que le premier ministre Trudeau et beaucoup d’autres ont d’ailleurs décrit comme « la naissance de notre nation ». Une grande ville historique comme Montréal devrait, plutôt, contribuer à la mémoire collective de notre nation que de cultiver l’amnésie historique.

Nous ne contestons évidemment pas l’importance de M. Parizeau à Montréal, au Québec et même au Canada, mais sommes d’avis que la Ville de Montréal peut certainement trouver un autre endroit pour honorer son héritage  (peut-être pourriez-vous plutôt considérer remplacer le nom du Parc St-Viateur, à titre d’exemple)? Nous notons également que ce changement de nom est fait de façon concomitante avec l’abandon du nom Claude-Jutra pour un autre parc montréalais. Le nom de Vimy est-il donc, lui aussi, un embarras que l’on cherche à effacer du passé de Montréal?

– Christopher Sweeney, président, Fondation Vimy

Le centenaire de la bataille de Sanctuary Wood | Bataille de Mont Sorrel

Sanctuary Wood et Mont Sorrel | 2-13 juin 1916

Le terrain élevé entre les villages de Hooge et Zwartelleen était en 1916, la seule zone surélevée près d’Ypres encore jusqu’à ce que le contrôle des Alliés. La 3e division la plus récente division canadienne à arriver, a occupé le territoire: Colline 61, Colline 62, et le mont Sorrel. Après la catastrophe de Saint-Eloi en avril, Alderson avait été retiré du commandement du Corps canadien. Il a été remplacé par un officier de cavalerie britannique, le lieutenant-général Julian Byng.

Cette bande de terre était la seule chose qui retienne l’armée allemande de la domination complète du secteur d’Ypres. Donc, dans un mouvement agressif rare les Allemands monté une attaque le matin du 2 Juin 1916, surprenant la 3e division avec une grêle de tirs d’artillerie à 8h30 et la détonation de 4 mines sous leurs lignes de front.

Les commandants de la 3e Division n’avaient pas préparé leurs lignes suffisamment pour l’attaque, et avaient pris aucune disposition pour le soutien d’artillerie. Après la dévastation de la plupart de la ligne de la 3e division, les flancs ont été tenues par le PPCLI pendant 24 heures sous un feu nourri.

La contre-attaque a été organisée pour le lendemain matin à 2h du matin, mais a été retardée à plusieurs reprises.  Les bataillons avaient eu des difficultés à atteindre leurs points de départ. La contre-attaque a eu lieu sous un bombardement faible à 7h du matin, en plein jour et sous les nuages ​​de gaz allemand. Un échec dès le départ, après quelques minutes, les commandants restants ont annulé l’opération. Les victimes pour 2-4 Juin étaient 3750 pour la 3e Division.

La 1ère Division a été déplacée pour prendre le terrain entre Hill 60 et Sanctuary Wood.  Après 4 bombardements l’attaque a commencé le 13 Juin, avec l’artillerie travaillant en collaboration avec l’infanterie, une première pour les Canadiens.

Les hommes de Currie se sont lancés à l’assaut à 1h30am. Dès 2h30 du matin, tout le terrain perdu le 2 Juin avait été repris et les Canadiens préparé pour les contre-attaques allemandes à venir. Les pertes totales pour les actions au Mont Sorrel seraient d’environ 8 700, dont beaucoup de prisonniers de guerre.

 

Photo: Une attaque sous la fumée. Juin 1916. La bataille de Mont Sorrel.
Bibliotheque et Archives Canada/PA-000127