#100JoursdeVimy – 01 mars 2017

Chaque mercredi, nous mettrons en vedette les femmes de la Première Guerre mondiale.

Aujourd’hui :  Des ouvriers  d’usines de munitions.

Avec la popularité de l’enrôlement des hommes dans l’effort de guerre, l’industrie canadienne a fait face à d’importantes pénuries de personnel. Alors que pratiquement tous les aspects de l’économie canadienne s’orientaient vers la production en vue de la guerre, le besoin de pourvoir ces postes était devenu crucial. Suivant l’exemple du Royaume-Uni, les emplois ont été ouverts aux femmes. Certaines des images les plus répandues de l’époque comprennent celles des ouvrières dans les usines de munitions, qui étaient responsables de la fabrication de matériel de guerre de tous genres et de toutes tailles, allant de navires de la Marine aux balles et obus de l’artillerie.

Le nombre d’ouvriers requis pour pourvoir les postes rendus vacants par les soldats s’enrôlant dans l’armée était sans précédent dans l’économie canadienne.
Crédit: Canada. Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-024438.
Des ouvriers  d’usines de munitions assemblant des obus d’artillerie pour la British Munitions Supply Co. Ltd. à Verdun, au Québec.
Crédit: Canada. Ministère de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-024435.