Soldat Michael James O’Rourke, VC, MM
Une action centenaire

15-17 août 1917

Le soldat Michael James O’Rourke, V.C., M.M., représenté ici en novembre 1917 avec les rubans des deux médailles exposées sur sa tunique. 
Crédit: Ministère canadien de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/PA-002250.

Né dans les années 1870 (les dates varient), Michael James O’Rourke a émigré de  Limerick, en Irlande, à Victoria, en Colombie-Britannique. Avant de s’enrôler, O’Rourke travaillait comme mineur et creusait des tunnels pour des projets d’infrastructure majeurs du chemin de fer du Canadien Pacifique. Le 8 décembre 1916, O’Rourke a reçu la Médaille militaire pour sa bravoure durant son service au sein du 7e Bataillon (1er, Colombie-Britannique) à la Somme. Bien qu’il était un porteur de civière sans arme, O’Rourke a lancé une offensive personnelle contre une contre-attaque allemande en pleine avancée, repoussant l’ennemi pendant quelques heures.  

Lorsque le 7e Bataillon a participé à l’attaque sur la côte 70, seize porteurs de civière, dont O’Rourke, sont entrés dans le combat; deux ont été tués et onze ont été blessés, « parce que les Allemands tiraient dessus alors qu’ils s’affairaient à transporter les blessés hors du champ de bataille. Pendant ces jours et nuits, O’Rourke a travaillé incessamment afin de secourir les blessés, pansant leurs blessures au milieu des tirs et leur amenant nourriture et eau… plusieurs fois, il a été renversé et partiellement enterré par les explosions des obus. Une fois, voyant un camarade qui avait été aveuglé tituber en pleine vue de l’ennemi, qui tirait dessus, O’Rourke a sauté hors de la tranchée afin de le ramener… »  

La bravoure et le travail de sauvetage d’O’Rourke pendant plus de trois jours et trois nuits (du 15 au 17 août 1917) de bataille incessante ont été reconnus par l’attribution de la Croix de Victoria.   

Le soldat Michael James O’Rourke, VC, MM,  démontrait déjà des signes de stress post-traumatique en avril 1918, tel que noté ici dans ses formulaires médicaux. (Voir section 9).
Crédit: Ministère canadien de la Défense nationale/Bibliothèque et Archives Canada/Référence : RG 150, versement 1992-93/166, boîte 7484 – 42
Numéro d’item : 544552.

Le soldat Michael James O’Rourke, VC, MM, a réussi a survivre à la guerre, mais la vie après n’était pas facile. Des traumatismes émotionnels et physiques ont mené à ce qui serait aujourd’hui sans aucun doute diagnostiqué comme un trouble de stress post-traumatique. O’Rourke était incapable d’obtenir un travail stable, se promenant sur la côte ouest d’un emploi à l’autre, étant plus ou moins pauvre, et survivant grâce à une maigre pension d’invalidité. En 1935, il a notamment été placé à la tête d’une grève des débardeurs de Vancouver qui s’est terminée avec la bataille du quai Ballantyne.    

La vie d’O’Rourke est un triste exemple du traitement des vétérans après la guerre, bien que ses funérailles aient offert un dernier honneur à un homme brisé et appauvri. Les articles des journaux affirment que la procession comprenait au moins sept autres récipiendaires de la Croix de Victoria, des fonctionnaires de la ville, des officiers militaires, les autres vétérans du 7e Bataillon, ainsi que d’anciens collègues des quais et de vieux amis sans abri. Le soldat Michael James O’Rourke, VC, MM, est enterré au Forest Lawn Memorial Park à Burnaby, en Colombie-Britannique, sous une pierre tombale modeste.

La citation officielle de la médaille pour le soldat Michael James O’Rourke, VC, MM  (inscription de la colonne de droite).
Crédit: The London Gazette, date de publication: 6 November 1917, supplément: 30372, page: 11569.