lt. McKean CV

La nuit du 28-29 avril 1918 en tant que lieutenant du 14e Bataillon (Royal Montreal Regiment) George B. McKean fait partie de plusieurs raids en tant qu’éclaireur. L’histoire suivante est typique de les raids et vient des mémoires de McKean.

McKean
Photo du department de la défense ntaionale du Canada

« Me tournant vers les mecs de derrière, j’ai crié ‘tirez vos fusils, tirez vos grenades !’ Et ils l’ont fait. Pete et moi nous sommes se sont lancés ensemble. On les voyait, ils étaient en rang et nous attendaient, on trébuchait sur le fil barbelé. Soudainement il y a eu des explosions aveuglantes à nos pieds et le bruit crissant des mitrailleuses devant nous. »

Leur avance fut bloquée par les fils barbelés. Le lt. McKean cherchait désespérément une piste pour sortir des tirs des mitrailleuses.

« Je me suis préparé, je me suis lancé en courant, en sautant par-dessus le fil. J’ai pris quelques pas avant de me lancer tête première sur un Boche qui pointait son fusil sur moi. »

Ils sont tombés en bas de la tranchée qui avait une profondeur de 2.25 mètres. À terre, McKean fut attaqué par un autre soldat avec sa baïonnette. Il a dispatché les deux avec son pistolet, il se levait quand un troisième homme l’attaqua avec sa baïonnette.

« J’ai tiré mon pistolet, le soldat a crié en douleur, s’est retourné et est partis. Je croyais beaucoup dans l’effet démoralisant que le bruit pouvait avoir, donc j’ai couru vers lui en criant. Il y avait plusieurs Boches dans la tranchée, et peu de temps après les bombes ont commencé à voler. »

Lançant toutes les grenades qu’il avait avec lui, le lieutenant McKean a pris la poste allemande toute seule avant que ses hommes ont pu le rejoindre. Il a pris toutes leurs bombes et les ont renvoyé pour chercher d’autres. McKean jeta les grenades et se lança avec son pistolet. Il captura quatre autres Allemands quand il vit une mitrailleuse et son équipe qui disparaissait dans une tranchée-abri. Il appela pour une charge mobile. « Un homme est venu avec un, il a tiré le clip et l’a jeté dans l’abri. Quelques secondes plus tard l’air était rempli de débris. »

« Quelques semaines plus tard le OC est venu pour moi. ‘McKean, il a dit, j’aimerais vous féliciter sur votre croix de victoire.’ J’étais bouleversé. ‘Merci’ était tous ceux que je pouvais penser à dire.