La Déclaration de Guerre – ii partie
août 1914-2017

Un avis officiel aux recrues détaillant les nouveaux standards pour le service militaire.
Crédit: Bibliothèque et Archives Canada, Acc. no. 1983-28-2311.

La semaine dernière a marqué le 103e anniversaire de la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne en 1914. Dans une époque précédant l’avènement de la télévision, et où l’utilisation de la radio était répandue, les communications instantanées n’étaient pas toujours à point. Par conséquent, pour ceux qui ne vivaient pas dans les centres urbains majeurs, un bon nombre de temps pouvait s’écouler avant d’apprendre que l’Empire était en guerre, et la façon de l’apprendre pouvait parfois être non conventionnelle. Cela s’est avéré particulièrement vrai pour les gens vivant dans les régions sauvages du Nord, comme le raconte ce témoignage:

« Un arpenteur travaillant dans la province, à Cascade Range, à plus de 150 miles du bureau télégraphique le plus près, n’a appris qu’en septembre que la guerre avait éclaté ailleurs. Il était difficile pour lui d’obtenir plus de détails, puisque l’homme qui l’avait mis au courant ne pouvait communiquer que par l’intermédiaire de la langue chinook. »

« Qui se battait? » a demandé l’arpenteur.

« Tout le monde » lui a répondu l’Indien. Ils se battaient à Victoria et à Vancouver, mais pas à Seattle.

Rien de cela n’avait de sens pour l’arpenteur, dont les questions ne donnaient lieu qu’à plus d’images de bagarres de rue devant les hôtels Empress ou Georgia. Finalement, l’Indien s’est arrêté puis a crié de façon triomphante: « Le roi George, il se bat ». Sachant que dans la langue chinook, « le roi George » signifiait la Grande-Bretagne, et que les Anglais étaient appelés « les hommes du roi George », l’arpenteur a soudainement compris. « Je savais que cela voulait dire que l’Angleterre et l’Allemagne se battaient, et j’ai immédiatement su ce que je devais faire ».

(Zuehlke, Brave Bataillon – The Remarkable Saga of the 16th Battalion (Canadian Scottish) In The First World War, p. 11)  

Des recrues sur la rue Station à Toronto, le 9 novembre 1915. 
Crédit: John Boyd/Bibliothèque et Archives Canada/PA-071690.

*Note du rédacteur: La publication d’aujourd’hui a été tirée de Brave Battalion (Le brave bataillon) de Mark Zuehlke, écrit en2008. Cependant, il est important de noter que cette histoire précise est elle-même tirée de The History of the 16th Battalion (The Canadian Scottish) Canadian Expeditionary Force in the Great War, 1914-1919 (L’histoire du 16e Bataillon (Canadien écossais), Corps expéditionnaire canadien durant la Grande Guerre, 1914-1919), écrit en 1932 par H. M. Urquhart. Le langage n’a pas été changé afin de demeurer fidèle au document original et de refléter le vocabulaire de l’époque, malgré l’utilisation d’une terminologie qui serait considérée comme inappropriée selon les standards d’aujourd’hui.